Cinéma The Square : une vision décalée de la culture et du fossé qui sépare les actes de la parole

The Square , c’est la Palme d’or que personne n’a vue venir. Le prix de l’étrangeté. Une baffe parfois cinglante au monde artistique déconnecté de la réalité, une attaque contre la grande culture qui passe plus volontiers par des mots que des actes et que Cannes incarne aux yeux de pas mal de monde. Une œuvre fourre-tout, qui respecte tous les schémas du film d’auteur, grisâtre, bourré de références obscures, tout en s’en moquant ouvertement !

Une entreprise de démolition en règle centrée sur un seul homme, symbole vivant de tous ces Pic de la Mirandole qui se pavanent devant les caméras pour défendre les grandes causes humanitaires, la nécessité de l’art, la fraternité universelle et d’autres belles causes, mais qui se montrent incapable d’accorder leurs actes à leurs paroles dès que les mots ne suffisent plus.

Il suffit que dans la rue, victime d’une arnaque bien montée, il se fasse voler son portefeuille et sa montre pour que le directeur d’un musée suédois d’art moderne jette ses beaux discours à la poubelle et envoie à tous les habitants d’un immeuble une lettre d’accusation fort peu nuancée. Et qui va lui valoir les pires ennuis de la part d’un petit garçon furieux d’avoir été punis injustement par ses parents à cause de ce mot.

Notre avis: Bien(...)
Aussi : Drôle de père, Le brio et Jupiter's Moon
(...)