Cinéma Han Solo a d’abord voulu s’engager dans l’armée impériale!

Les spécialistes du marketing de Disney ont une nouvelle fois frappé très fort. En jouant l’effet de surprise pour le très attendu Solo : A Star Wars Story. Loin de la flamboyance à laquelle est associé Han Solo dans la trilogie originale de La Guerre des étoiles, ou même des ambiances chaudes et enfumées des tripots remplis d’aliens de toutes les couleurs dans lesquels il traînait, les premières images dévoilées baignent en effet dans la grisaille. Un peu comme si tout avait été tourné en Écosse en plein hiver. Et c’est plutôt déroutant.

Sa personnalité, elle aussi, semble éloignée des comportements auxquels Harrison Ford nous avait habitués. Là où ce bon vieux Han, sourire charmeur en coin et humour à fleur de peau, ne doutait pas de sa capacité à sortir de mauvais pas sans jamais tirer la couverture à lui, le jeunot se montre plus explicitement présomptueux : "Je vais devenir le meilleur pilote de la galaxie." Et pour cela, il tente de rejoindre les rangs de… l’Empire. On l’apprend lorsqu’il confesse, en voix off : "J’ai vécu d’arnaques dans les rues depuis que j’ai dix ans… J’ai été jeté dehors de l’académie de pilotage parce que je n’en faisais qu’à ma tête."

Est-ce parce qu’il a désobéi aux ordres pour sauver Chewbacca, comme dans les romans sur sa jeunesse, qu’il est viré de l’armée impériale ? La bande-annonce ne le dit pas. Mais montre Han et Chewie, dans la neige, face à un recruteur incarné par Woody Harrelson, en train de monter une équipe pour le Falcon Millenium.

Ce mentor lui apprend toutes les magouilles de l’espace. Et lui fait rencontrer Qi’Ra (Emilia Clarke, la Khaleesi de Game of Thrones). Amour de jeunesse ou simple amie ? Une chose est sûre : ils sont très proches. "Je pourrais bien être la seule personne qui sache qui tu es vraiment", lâche-t-elle dans les couloirs clinquants du vaisseau.

Comme Ron Howard est un malin, tout ceci a très certainement pour but d’amener les fans à spéculer sur l’intrigue et à en discuter sur les réseaux sociaux. Histoire de créer un engouement autour d’une préquelle précédée jusqu’à présent d’une réputation plutôt tristounette. Il faudra donc attendre le 23 mai pour savoir s’il nous a menés en bateau avec son meilleur pilote de vaisseau spatial.