Cinéma À 65 ans, il s’estime trop vieux pour continuer à tourner des films d’action.

Mauvaise nouvelle pour Hollywood ou pour Luc Besson, qui comptait beaucoup sur de futurs Taken pour renflouer ses caisses, mais grand soulagement pour tous les cinéphiles qui n’en peuvent plus de tous ces justiciers solitaires désireux de sauver le monde à grands coups de flingues : Liam Neeson abandonne les films d’action.

Une décision mûrement réfléchie. En 2015, il s’était donné deux ans pour quitter ce registre très lucratif et démontrer à nouveau qu’il peut tout jouer sans "botter des fesses" toutes les trois minutes. Il a tenu parole. Durant le festival de Toronto, il a en effet annoncé que c’en était bel et bien fini pour lui de courir dans tous les sens et de massacrer tout ce qui bouge. "On continue à me proposer énormément d’argent pour faire ce genre de choses, mais désormais, je réponds : putain, les gars, j’ai 65 ans ! Le public va finir par s’enfuir. Allons…"

On a tendance à l’oublier, tant il a multiplié les rôles d’invincibles vengeurs depuis une dizaine d’années, mais Liam Neeson était considéré auparavant comme un grand acteur dont la subtilité constituait un des meilleurs atouts. Son rôle d’Oskar Schindler dans La Liste de Schindler de Steven Spielberg en constituait une des plus brillantes illustrations. Dans la peau de cet industriel proche du régime nazi qui va pourtant sauver de nombreux juifs d’une mort certaine en les embauchant, on pouvait sentir tout le tiraillement d’un homme qui fait semblant de suivre un régime pour mieux le contrer au nom de ses principes humanitaires. Nell, Rob Roy, Maris et femmes, Michael Collins, Gangs of New York, Love actually, Dr. Kinsey ou même la deuxième trilogie Star Wars lui ont permis de faire l’étalage de toute sa palette de nuances. Jusqu’à ce que Taken l’enferme dans les rôles de tueurs. Mais ça, maintenant, c’est fini.