Cinéma À l’affiche d’Ant-Man, l’acteur de 73 ans ne cache pas ses bonheurs: ses enfants, son épouse, son métier...

À 73 ans, Michael Douglas revient dans un nouveau volet de Ant-Man. Pour notre plus grand plaisir, le fils de Spartacus - Kirk Douglas à la ville - retrouve avec jubilation la panoplie du Docteur Henry Hank Pym : le scientifique qui est à l’origine de L’Homme Fourmi. C’est en effet lui qui a créé ZE costume qui permet à Paul Rudd qui le revêt de devenir un super-héros capable de rétrécir à volonté et ce tout en démultipliant sa force. En attendant que vous admiriez ses exploits sur grand écran, on ne sait pas quelle mouche l’a piqué mais la star aux cheveux désormais grisonnants n’a jamais été si en forme. Voici donc dare-dare l’interview que Mike nous a accordée…

Dans ce film, votre personnage tente de retrouver sa femme - La Guêpe, Michelle Pfeiffer - disparue dans les limbes de l’infiniment petit. Vous est-il arrivé de vouloir désespérément reprendre contact avec des personnes de votre famille ?

"Oui ! Comme vous le savez, nous sommes de confession juive dans ma famille. Le vrai nom de mon père n’est pas Kirk Douglas mais Yssur Danielovitch. Lorsqu’il a débuté dans le cinéma, il était difficile de porter un nom juif. Le monde était encore profondément - j’allais même dire violemment - antisémite. Il fallait aussi à mon père un nom passe-partout. Comme Kirk Douglas ça sonnait bien et ça se mémorisait bien, il a donc opté pour ce nom de scène. Pour en revenir à votre question, j’aurais tellement voulu connaître l’époque où mon grand-père décida de fuir la purge lancée par l’Empire russe à l’encontre de la communauté juive de Tchavoussy (Biélorussie). L’oncle de mon père était déjà parti s’installer aux États-Unis. Une sorte d’éclaireur. Mon grand-père lui emboîta donc le pas. Il pensait devenir riche dans ce nouvel eldorado. Seulement, cela ne s’est pas vraiment déroulé comme il l’envisageait... Chez les Danielovitch, on tirait vraiment le diable par la queue ! Pendant des décennies, mon grand-père exerça le métier de chiffonnier à Amsterdam dans l’État de New York. Du côté des ancêtres de ma mère, le quotidien était sensiblement moins dur. Les premières traces de sa famille, originaire des Bermudes, remontent à quatre siècles. Avant de s’exiler dans ce paradis terrestre, il faut chercher du côté de l’Écosse."

Est-ce que vos enfants - Dylan et Carys - connaissent la généalogie de la famille ?

(...)