Cinéma

Depuis juin 2016 et la sortie d’Ils sont partout, comédie d’Yvan Attal dans laquelle il incarnait un leader d’extrême droite découvrant ses origines juives, Benoît Poelvoorde n’est plus apparu sur les grands écrans. 

Une longue absence que ses admirateurs ne devraient plus subir après la sortie de 7 jours pas plus. Aux côtés d’Édouard Baer, le Namurois de 52 ans vient en effet de tourner Raoul Taburin, une adaptation de l’œuvre de Sempé. Dont il est un fan absolu.

Détail cocasse : un journaliste l’a surnommé Raoul Taburin après la vision du Vélo de Ghislain Lambert. Parce que la naïveté du cycliste correspondait à celle de ce vendeur de bicyclettes au lourd secret : il ne sait pas rouler à vélo…

Sur le plateau, à en croire le reportage effectué par Europe 1, l’entente avec Édouard Baer est au zénith. "Quand je le regarde, parfois, je me vois, explique notre compatriote. On a rarement tourné ensemble, mais on est amis depuis longtemps. Nos caractères sont tellement exubérants que les réalisateurs doivent avoir peur de nous associer ! Déconner permet de se concentrer. Ce tournage est très discipliné, on attend beaucoup, ça peut vite devenir emmerdant. On détend le plateau de manière à ce que le temps passe plus vite."

Ensuite, il filera Au poste avec Anaïs Demoustier dans une comédie du toujours très déjanté Quentin Dupieux. Un huis clos qui, comme son nom l’indique, se déroulera dans un commissariat de police.

Ensuite, il devrait plonger dans le Grand bain de Gilles Lellouche, l’histoire de quadragénaires qui reprennent goût à la vie grâce à la natation synchronisée. Le casting vaut à lui seul le détour : Virginie Efira, Mélanie Doutey, Leila Bekhti, Marina Foïs, Guillaume Canet, Mathieu Amalric, Philippe Katerine et Jean-Hugues Anglade.

Dans cet agenda, nulle trace d’Existe en blanc, une comédie noire de Bertrand Blier dans laquelle il devait incarner "un serial killer belge obsédé par les soutiens-gorge". Le projet, annoncé depuis 2015, semble avoir été abandonné pour des raisons financières. Dommage, car le pitch était sacrément accrocheur.