Cinéma

Quand une star du box-office (depuis plus de 20 ans, de Speed à The Blind Side) rencontre une vedette du petit écran propulsée par un second rôle au cinéma, que se racontent-elles ? Des potins de filles ? Des anecdotes sur le Tout-Hollywood ? Non. Plutôt des histoires qui font rire tout le monde. "Si quelque chose est honnêtement drôle, tout le monde rira et personne ne dira : c’était une blague féminine bien drôle ! Personne ne dit ça !" Il ne faut pas trop la chercher, dirait-on, Melissa McCarthy. Ça, c’est l’impression qu’elle donne dans ce rôle de flic tête brûlée, dans Les Flingueuses (The Heat). Pour le reste, elle semble plutôt hilarante, cette actrice hors normes (hollywoodienne), récemment nommée à l’Oscar du second rôle (dans Bridesmaids).

L’humour, c’est d’ailleurs ce qu’elle a en commun avec sa partenaire, meilleure ennemie, à l’écran, Sandra Bullock. La toujours jeune (à 49 ans…) girl next door, qui se passe de présentation, endosse une nouvelle fois le costume d’un agent du FBI. Mais ici, pas d’écharpe de Miss Monde à la clé (dans Miss Détective), juste quelques prises de bec avec un agent de la police de Boston. "Mon personnage, c’est quelqu’un qui essaie vraiment, qui est à la recherche d’approbation, qui se bat à l’intérieur d’elle-même et ne s’en rend même pas compte, confie Sandra. Chaque fois qu’elle ouvre la bouche, elle embarrasse tout le monde." Ouf, la réalité ne rencontre pas la fiction…

On suppose que vous êtes devenues amies durant le tournage… Vous vous connaissiez avant ?

Melissa : "À moins de vivre sous un rocher, comment pouvez-vous ne pas connaître cette lady ? Quelqu’un un jour m’a demandé, il y a longtemps dans une interview, quelle actrice j’aimais vraiment et j’ai réellement répondu : Sandra Bullock est vraiment drôle . J’ai toujours pensé que ça aurait été très chouette de faire quelque chose avec elle. J’aime le fait qu’elle ne soit pas orgueilleuse. Pour moi, c’est l’une des plus belles qualités chez un être humain. Notre rencontre était assez surréaliste. Elle est venue chez moi, et quelqu’un a hurlé : Oh mon Dieu, Sandra Bullock est ici ! On a alors ouvert la porte et on a fait semblant d’être super à l’aise. Comme si c’était anodin."

Sandra : "Après avoir vu Bridesmaids, j’ai vraiment eu l’envie de travailler avec Melissa. Parce que, premièrement, elle me rendra meilleure. Et deuxièmement, j’espérais que notre collaboration soit quelque chose de mémorable. Mais, ensuite, j’ai angoissé parce que j’ai pensé : "Et si cela ne devenait pas la relation que j’espérais pour mon film imaginaire avec Melissa McCarthy ?"

Quand vous êtes-vous rendu compte que, justement, ça allait fonctionner ?  

Sandra : "Depuis la première lecture du script, quand on donnait notre avis sur ce qu’on n’aimait pas. On a toutes les deux fait une grimace et on a réalisé qu’on faisait la même ! On a réalisé qu’on pourrait former un duo à la Jerry Lewis et Dean Martin."  

C’était libérateur, Sandra, de jurer dans ce film ?  

Sandra : "Mon personnage ne jure pas au début mais, à la fin, elle le fait comme un camionneur ! Je suis étonnée par la réputation que j’ai à l’extérieur. J’ai un langage de… enfin vous savez. J’aime un bon F*** mot. J’arrive sur un tournage, et c’est comme si j’avais conduit un 10 tonnes pendant 20 ans !"  

Melissa : "Elle est grossière à tous les niveaux. Toutes les rumeurs sont vraies !"  

Au final, qu’est-ce qui vous a le plus surprise chez l’autre ?  

Melissa : "Que Sandra embrasse super bien ! Mais ça ne m’a pas réellement surprise. Je le savais. Et je suis estomaquée par le fait qu’elle sait tout lever et porter à bout de bras. Elle a beaucoup d’abdos et de force dans le bas du corps. Je ne pense pas que beaucoup de gens le savent, mais c’est vrai ! Bien qu’après 6 tequilas, tout s’en aille…"