Cinéma La preuve avec quelques comédies très attendues au cinéma en ce début d’année.

À partir de mercredi, avec la sortie d’une merveille comme on n’en voit qu’une fois tous les dix ans, il n’y en aura plus que pour La La Land dans les salles de cinéma. Et pourtant, en ce début d’année, il serait dommage de passer à côté de quelques comédies françaises bien plus inspirées que les navrantes aventures des Tuche ou une énième version désespérante des comédies romantiques pas drôles et sentimentalement clichées.

D’ores et déjà, il est une date à bloquer dans son agenda : celle du 22 février. Jour de sortie de Rock’n roll, une petite merveille désopilante qui devrait rapidement rejoindre Bienvenue ches les Ch’tis et Intouchables dans le club extrêmement fermé des phénomènes cinématographiques français. Guillaume Canet (qui signe la réalisation) et Marion Cotillard s’y moquent d’eux-mêmes avec une audace, une bonne humeur et des blagues potaches qui rappellent la belle époque de leur duo dans Jeux d’enfants. C’est à mourir de rire tout en traitant avec une certaine finesse le problème de l’âge pour les acteurs, la ringardisation de plus en plus rapide des stars ou les tics d’artistes complètement grotesques. À ne manquer sous aucun prétexte.

Avant cela, le 1er février, Dany Boon débarquera sur les écrans avec Raide dingue. Hélas, le film n’a été montré qu’aux médias partenaires commerciaux de l’ouvrage, ce qui laisse présupposer que l’acteur-réalisateur lui-même ne doit pas le trouver très réussi.

Qu’importe : 25 comédies françaises sont annoncées en ce début d’année 2017. Et quelques-unes sont précédées d’une flatteuse réputation. Comme L’Embarras du choix (15 mars) , d’Éric Lavaine (le réalisateur du formidable Retour chez ma mère). Alexandra Lamy y incarne une femme délicieuse affectée d’un gros problème : elle est incapable de prendre une décision. Donc de choisir entre les deux hommes qui l’ont demandée en mariage…

Bien barré aussi, le nouveau délire de Dominique Farrugia s’intitule Sous le même toit (15 avril). Gilles Lellouche (décidément dans tous les bons coups, puisqu’il tient son propre rôle dans Rock’n roll) décide d’investir dans la maison de son ex-femme, jouée par Louise Bourgoin.

Enfin, le film événement du Festival de l’Alpe d’Huez, L’ascension (25 janvier), retrace l’attaque de l’Everest par un jeune de banlieue bien décidé à épater sa copine. C’est une histoire vraie et elle semble plus que charmante.

Nos voisins d’outre-Quiévrain sont en forme. Et personne ne s’en plaindra : cela fait tant de bien de rire.