Cinéma Les espoirs de recettes pour Solo ont fondu comme beurre au soleil. Ce sera le premier échec financier de la galaxie Star Wars.

Dans la vie, tout n’est jamais qu’une question de perspective. Un box-office mondial de 264 millions $ pour l’ensemble des films belges d’une année ne constituerait même pas un fantasme, mais un exploit comparable à un record du monde du 100 m pulvérisé par un escargot anesthésié. Le nirvana, quoi. Pourtant, en découvrant ce montant, réalisé par un seul film en deux semaines à peine, les pontes du studio Disney se sont tous immédiatement rués sur leur tube d’antidépresseurs.

La somme, c’est un euphémisme, ne répond pas aux attentes. Toute production estampillée Star Wars se doit de flirter avec les records de gains, pas se traîner dans le ventre mou du box-office. Pire : les perspectives de recettes de Solo ont fondu comme beurre au soleil.

Sur base des tendances, les analystes prédisent au spin-off de La Guerre des étoiles des recettes mondiales avoisinant les 400 millions $. Soit le pire résultat pour toute la série, alors que le prix des tickets a beaucoup grimpé ces trente dernières années. Et c’est très largement insuffisant pour une superproduction dont le budget dépasse les 250 millions $.

Pourquoi ? Pour deux raisons : en moyenne, seule la moitié de cette manne de billets verts revient au studio. Et même si Disney peut parfois imposer aux multiplexes des conditions qui lui sont plus favorables (selon le Wall Street Journal, il gardait 65 % des recettes pour l’Épisode VIII de Star Wars), cela ne suffira pas encore. Les frais de promotion sont en effet gigantesques pour un blockbuster. Ils se comptent en dizaines de millions $.

Sur base de toutes ces données, les analystes de Barton Crockett estiment que Solo : A Star Wars Story générera entre 50 millions $ et 80 millions $ de pertes. Au minimum. Une triste première, au goût amer, dans l’histoire de la franchise la plus rentable de toute l’histoire du cinéma.

Même si, d’évidence, la Force n’est pas avec Han Solo, cet accident de parcours ne remet rien en question chez Disney. À ce jour, la saga a rapporté 9,362 milliards $. Financièrement, 80 millions de moins ne changent finalement pas grand-chose. Mais la politique des spin-offs pourrait quand même s’en trouver profondément affectée à l’avenir. Tant pis pour Yoda et Boba Fett…

Patrick Laurent