Cinéma

120 battements par minute est une plongée fascinante et déroutante au cœur du militantisme d’Act Up. Quant à Ma cousine Rachel et Hitman&Bodyguard, ils peinent à convaincre nos critiques. Découvrez leur avis sur les sorties ciné de la semaine.

Pour tous les cinéphiles, il y avait deux films à ne manquer sous aucun prétexte cet été : Dunkerque et 120 battements par minute. Deux plongées sans concession au cœur de grandes batailles, deux œuvres qui tiennent avant tout de l’expérience immersive. Mais alors que Christopher Nolan avait choisi de retracer l’évacuation de Dunkerque avec une grande économie de mots, Robin Campillo, lui, évoque la lutte contre le sida par le brouhaha incessant et les discussions enflammées au sein d’Act Up, une association qui mène des actions spectaculaires pour faire prendre conscience des ravages du sida au début des années 90.

Cela part dans tous les sens : des die in, durant lesquels les militants s’étendent sur la rue recouverts de sang, au vandalisme dans les sociétés pharmaceutiques accusées de ne penser qu’au profit et pas aux malades en passant par les méthodes à employer pour sensibiliser les lycées. Les idées fusent, le débat fait rage.

Notre avis La force du cinéma de Campillo, c’est de nous faire pleinement participer à ces "réunions hebdomadaires" au langage parfois très cru. On y sent la passion, l’engagement, la volonté de bien faire par n’importe quel moyen. L’enthousiasme qui s’en dégage est à la fois communicatif et un tantinet nostalgique d’une jeunesse qui ose tout. Impossible de ne pas se sentir vivant dans ce groupe très hétéroclite, dont un seul membre est atteint du virus.

[...]