Cinéma Le héros d’Attanasio et Goscinny imite Tintin, Lucky Luke ou les Schtroumpfs en poursuivant ses aventures en dessin animé

Pas facile de s’appeler Spaghetti. Surtout quand on est affublé d’une moustache à la Errol Flynn et d’un tempérament de feu. Mais depuis 55 ans, le plus italien des héros de la BD belge n’en a jamais pris ombrage. Ni ne s’est départi d’une ambition on ne peut plus légitime avec un tel patronyme : vouloir rejoindre le gratin. Et passer du 9 e au 7 e art, à l’instar de Tintin, Astérix, Cubitus, Lucky Luke, Les Schtroumpfs, Bob et Bobette ou Iznogoud, qui ont tous élargi leur horizon de papier pour aussi faire rêver les enfants de 7 à 77 ans via les dessins animés. Avec son cousin naïf et gaffeur, Prosciutto, l’un des membres les moins connus (mais pas le moins cocasse) de l’écurie Goscinny, le délicieux Spaghetti, finaud et toujours prêt à rouler la concurrence dans la bolognaise, s’apprête donc à franchir le double pas vers l’animation.

Son créateur, Dino Attanasio, du haut de ses 92 ans, a en effet confié à l’animateur belge Thierry Bex le soin d’adapter l’ensemble de ses aventures pour le petit écran. "Dino est un ami depuis très longtemps ", explique le Bruxellois de 60 ans, qui collabore avec le modéliste Michel Delire. " Il a participé au premier long-métrage d’animation italien, La rose de Bagdad, et a toujours rêvé de voir ses personnages en dessin animé. On en a discuté ensemble, et comme ils sont vraiment très drôles, on a décidé d’adapter les seize aventures scénarisées par Goscinny en films de vingt-six minutes. Dino Attanasio est le seul propriétaire du personnage, mais c’est sûr que le nom de Goscinny constitue le plus gros attrait pour les télés."

Mais aussi pour les investisseurs qui seraient prêts à mettre cinq millions d’euros pour financer cette série. "Une société canadienne s’est déjà montrée incroyablement enthousiaste alors qu’on vient juste de présenter le projet. France Télévisions et la RAI ont aussi marqué leur intérêt. Et on aimerait bien y associer Anne Goscinny. Si on obtient tous les accords dans les six prochains mois, la série pourrait être fournie en 2019, puisqu’il faut bien un an pour tout dessiner. En 2D ou en 3D, selon ce qui plaira le plus aux producteurs, même si j’ai un petit faible pour la 2D…"

En attendant, Thierry Bex met la dernière main à un projet qui lui tient énormément à cœur : un court-métrage inédit de Spaghetti. "Il en existait déjà trois : Spaghetti et la pizza redoutable, qui était sorti en salle, Spaghetti à Hollywood qui avait été bloqué suite à un problème avec le producteur, et Spaghetti à la romaine de Belvision. J’avais travaillé sur un autre, qui était resté inachevé. Et que je suis en train de restructurer à partir d’une VHS, en complétant les trous par des jingles de dix secondes d’Attanasio et quelques dessins que j’ai dû décalquer quand la VHS était trop mauvaise. On espère montrer Spaghetti Circus dans quelques mois sur YouTube ou Facebook. "

Avec une petite idée derrière la tête. "L’espoir est de faire redécouvrir ces personnages merveilleux, qui me font toujours hurler de rire. Et peut-être pousser un éditeur à publier un nouvel album de Spaghetti, que j’ai déjà scénarisé mais que je ne dessinerai pas moi-même." Une bonne pâte, ce Thierry Bex…