Cinéma A Wrinkle in Time, premier volet en 2018 de ce qui pourrait bien être la nouvelle saga pour ados

Deux fois par an, Disney organise une grand-messe, le D23 (D pour Disney, 23 pour l’année de naissance, 1923, de l’oncle Walt). Et délivre la bonne parole des sorties à venir à des fidèles loin du recueillement religieux et bien plus enthousiastes que des supporters de foot après un goal.

L’occasion pour le studio de faire l’événement en annonçant quelques nouveautés. À commencer par les toutes premières images d’A Wrinkle in Time, une aventure cosmique et fantastique sur laquelle Disney mise énormément dans l’espoir qu’elle devienne la nouvelle franchise à succès pour adolescents.

Le casting est à la hauteur de l’événement. Alors que son père a disparu mystérieusement, Meg Murry (Storm Reid) apprend par trois étranges voisines - Mrs. Who (Mindy Kaling), Mrs. Whatsit (Reese Witherspoon) et Mrs. Which (Oprah Winfrey) - qu’il avait inventé un étrange appareil, le tesseract, qui permet de modifier aussi bien le temps que l’espace.

Avec ses amis, Calvin (Levi Miller) et Charles (Deric McCabe), elle n’a d’autre choix que de partir à la découverte de planètes inconnues et rencontrer un étrange médium (Zach Galifianakis) pour sauver son papa d’un grave danger qui le menace.

Annoncé le 21 mars 2018 en salle, A Wrinkle in Time possède une esthétique qui n’est pas sans rappeler Hunger Games. Et ce n’est sans doute pas un hasard puisque les ados sont les premiers visés.

Autre gros projet basé sur une affiche peuplée de stars : l’adaptation du Casse-noisettes et le roi des souris. Prévue pour le 2 novembre 2018, elle peut compter sur la participation de Keira Knightley (la fée Dragée), Mackenzie Foy (Clara), Helen Mirren (Ginger), Morgan Freeman (Drosselmeyer) et la danseuse Misty Copeland.

Que retenir d’autre de la grande célébration Disney ? Dwayne Johnson sera le héros de Jungle Cruise, basé sur une attraction, tandis que le Dumbo de Tim Burton, avec Colin Farrell, Michael Keaton, Danny DeVito et Eva Green, possède une date de sortie : le 29 mars 2019. Soit quelques mois à peine avant la version du Roi Lion avec de vrais animaux doublés par Donald Glover et James Earl Jones, annoncée en salle le 19 juillet 2019. Voilà, la messe est dite. Et elle devrait aisément convertir plus d’un enfant.

Star Wars : "Tout a été inversé"

John Boyega promet des surprises pour Les derniers Jedi

Avant d’entrer à nouveau en action dès le 13 décembre, avec Star Wars : les derniers Jedi, la Force vient de nouveau de connaître des soubresauts. Avec la publication de six posters représentant, visages coupés dans des costumes rouges sang, Mark Hamill, Carrie Fisher, Daisy Ridley, Oscar Isaac, Adam Driver et John Boyega.

Ce dernier promet d’ailleurs des surprises dans le tout premier making of diffusé par Disney sur Internet. "Tout a été inversé par rapport à ce qu’attend le public après l’Épisode VII", lâche-t-il, énigmatique. Tandis que la société aux grandes oreilles fait savoir que dans cette nouvelle aventure "la saga de la famille Skywalker continue alors que les héros du Réveil de la Force rejoignent les légendes intergalactiques dans une aventure épique qui vont leur permettre de révéler des mystères de la Force ancestraux et entraîner des révélations choquantes sur le passé."

"Mary Poppins est impolie"

Parmi les films les plus attendus présentés au D23 figure Mary Poppins Returns. L’intrigue débute 25 ans après le film original de 1964. Jane et Michael Banks, devenus adultes, font du cerf-volant avec un enfant quand, soudain, Mary Poppins descend du ciel avec son parapluie et atterrit dans un décor de dessin animé.

Objectif : les aider dans l’éducation des petits. Avec des méthodes particulières, comme l’explique sa nouvelle interprète, Emily Blunt. "L’idée que cette femme mystérieuse, magique, déboule dans leur vie et remet les choses à leur place est assez réconfortante. Les enfants répondent bien à son manque de sentimentalisme. Elle est impolie, excentrique et bizarre."

Voilà qui donne le ton. Même si Emily Blunt "avait besoin de rendre hommage à Julie Andrews", elle n’a regardé la version originale que 15 minutes, pour "se créer son espace personnel." À découvrir le 25 décembre 2018.

Les nouveaux projets animés

Après Toy Story 4, Les mondes de Ralph 2, La reine des neiges 2 ou Les indestructibles 2, le studio Disney Pixar va miser sur deux projets originaux. 

Tout d’abord, Space, qui relate les mésaventures de deux avions ultrarapides ringardisés par un jet supersonique capable de voler très loin dans l’espace. Cela fait énormément penser à Planes mais John Lasseter promet que les deux films n’ont rien en commun. À voir en 2019.

L’autre projet ne porte pas encore de titre. Et n’a pas non plus de date de sortie. Il sera axé sur deux adolescents, inconsolables depuis le décès de leur père. Tous deux cherchent dans des mondes magiques le moyen de quand même pouvoir encore passer une journée avec leur papa. C’est ainsi qu’ils font irruption dans un monde qui ressemble énormément aux États-Unis, à cette différence qu’il n’est peuplé que d’Elfes, de trolls, de dragons ou de licornes, mais pas d’humains. Ce sera très sentimental.