Cinéma Après le succès de sa pièce Djihad bientôt au cinéma, Ismaël Saidi tourne son 3e film. Une comédie sociale sur fond de street soccer.

"Silence, on tourne !" Hier, dans le parc Josaphat à Schaerbeek (Bruxelles), La fine équipe - de 40 personnes! - était en plein tournage. Une comédie sociale réalisée par l’auteur de la pièce au retentissement qui dépasse nos frontières, Djihad . "Je voulais sortir du terrorisme sinon je ne faisais plus que cela , confesse le cinéaste Ismaël Saidi, connu pour ses projets sur l’islam et qui a fait l’objet de quelques procès. Je l’ai fait pour moi." Avant d’ajouter : "J’ai vraiment mal vécu les articles négatifs à mon encontre. Je n’ai jamais demandé à être une personnalité publique. J’ai joué le jeu des médias et j’ai eu peur. Mais ce qui m’a poussé à continuer, c’est le retour des gens qui m’ont demandé de continuer. Ça m’a boosté. Je ne suis pas un homme politique, personne ne m’a élu, je peux faire des conneries. Et je les assume. Je me mets en danger en critiquant le radicalisme mais je suis un artiste avant tout."

Et pour cause , Ismaël Saidi prend cette fois la triple casquette - réalisateur, acteur et scénariste - pour son troisième film. "C’est schizophrénique mais j’adore, raconte cet ancien flic de 40 ans. On découvre un autre monde. C’est la production (Scope Invest, NdlR) qui m’a suggéré d’endosser le rôle principal, car ma tête commence à être un peu connue. C’est donc tout nouveau pour moi." Le pitch ? Une histoire qu’il avait écrite avant le phénomène Djihad, celle de Samir, joué par lui-même. "C’est une ancienne star du RWDM qui a perdu sa femme et se retrouve seul à garder sa fille. Il a tout arrêté pour elle et fait des boulots de merde pour s’en sortir, explique celui qui tourne aussi avec ses enfants. C’est très Full Monty. Et comme l’enseignement coûte cher, il décide de s’inscrire à un tournoi de street soccer qui se déroule dans sa ville et où le vainqueur repart avec 10.000 euros. Avec son meilleur ami (joué par Mathieu Debaty, de la websérie Euh…, NdlR), il va donc monter une équipe de bras cassés qui ne savent pas jouer au foot."

(...)