Cinéma Le film de Shane Black s’est vu amputé d’une scène en raison du casier judiciaire d’un des acteurs.

Le nom de Steven Wilder Striegel ne vous dit probablement rien. L’acteur est habitué aux petits rôles, à la télévision dans Melrose Place, au cinéma dans Iron Man 3 et The Nice Guys. Les deux longs-métrages étant réalisés par son ami Shane Black (Kiss Kiss Bang Bang, The Nice Man, etc.), il était logique qu’il apparaisse dans le dernier film en date de celui-ci, The Predator. Pourtant, la scène dans laquelle Steven Wilder Striegel devait apparaître, vous ne la verrez jamais sur grand écran. La cause ? Le passé de délinquant sexuel du comédien.

Coupé au montage

En 2010, Steven Wilder Striegel a été condamné à six mois de prison pour avoir essayé de forczer une relation sexuelle avec une fille de 14 ans au cours de discussions sur Internet. Il avait alors plaidé coupable. C’est alors que Shane Black est venu à sa rescousse pour l’aider à reprendre le contrôle de sa carrière en lui confiant des petits rôles. Cela ne l’aidera cependant pas à passer le cap du montage définitif de The Predator suite à la décision de la Fox de le couper. Le studio avait été prévenu par l’actrice Olivia Munn, cette dernière ayant découvert le passé de son partenaire de jeu après le tournage. Elle a déclaré trouver "à la fois surprenant et troublant que Shane Black, notre réalisateur, ne partage pas cette information avec le casting et l’équipe de tournage, ou le studio, pendant ou après la production", tout en étant soulagée de la décision de la Fox. Le studio s’est défendu de l’engagement de l’acteur en déclarant ignorer "tout du passé de Monsieur Striegel lorsqu’il a été engagé. Nous ne savions rien au moment du casting à cause des limitations légales qui empêchent les studios d’enquêter sur le passé des acteurs".

Des excuses

Shane Black a également réagi : "En voyant les communiqués de ce matin, il apparaît que malheureusement j’ai été trompé par un ami que je voulais croire lorsqu’il m’a expliqué les circonstances de son inculpation. Je crois profondément à la seconde chance mais quelque fois vous découvrez quelque chose qui n’est pas aussi garanti que vous l’espériez. Après en avoir appris davantage sur sa déclaration sur l’honneur, les retranscriptions et les détails autour de la peine infligée à Steven Striegel, j’ai honte de moi. Je m’excuse auprès de tout le monde, j’ai laissé Steven évoluer à leurs côtés sans même leur laisser le choix."

Dans les salles?

Steven Wilder Striegel s’est aussi exprimé sur l’affaire qui le touche : "Si j’avais eu la moindre idée que ma présence au casting The Predator serait un problème pour Shane Black ou porterait préjudice à un film à qui je ne souhaite que du succès, je n’y aurais, bien sûr, jamais participé."

Sauf contre-ordre, The Predator devrait débarquer dans nos salles le 3 octobre.