Divers L’acteur américain sera présent sur scène durant deux jours. Seul problème : le prix…

L’annonce a fait sensation sur Internet : Al Pacino, grand nom du cinéma américain, viendra au Théâtre de Paris les 22 et 23 octobre pour An evening with Al Pacino . Le spectacle est un seul en scène durant lequel l’acteur de Heat reviendra sur sa carrière. Cet événement a provoqué la joie de nombreux cinéphiles qui pourront rencontrer l’acteur mythique pour une soirée s’annonçant riche en anecdotes.

Le gros hic dans l’histoire, ce sont les places. Les moins chères (90 euros) sont parties rapidement sur un site spécialisé dans la vente privée, ce qui a attristé les fans. Il ne reste donc plus que des tickets à des prix exorbitants, allant de 350 à 950 euros. Ce tarif élevé aura soulevé la grogne sur Twitter, certains se plaignant de devoir payer un loyer pour assister à l’événement. D’autres tentent le trait d’humour, parlant du nombre d’organes qu’ils comptent revendre ou d’un régime forcé afin de se payer le fameux sésame. Rien ne dissimule l’amertume face à des tarifs aussi élevés.

Le directeur du Théâtre de Paris, Richard Caillat, a réagi sur BFM TV. Après avoir déclaré l’honneur qu’il ressent d’accueillir "le plus grand acteur du monde" sur ses planches, il rappelle que "l’on parle d’une star planétaire" et que ses prestations précédentes se faisaient dans des théâtres au nombre de places plus fourni que celui de Paris, comptant 1.000 places. Concernant les entrées à 950 euros, "c’est ce qu’on appelle les Meet and Greet aux États-Unis. C’est un package qui permet d’être tout devant la scène et de passer un moment avec l’artiste pour faire des photos. Évidemment en France, ce n’est pas courant. Les artistes français ne font pas ça. Il n’y a pas dans les théâtres parisiens l’accès à des catégories de places où on rencontre l’artiste […] mais aux États-Unis, ça se pratique".

Cela n’a pas calmé la colère des fans, qui peuvent pour le même prix se racheter tous ses films en Blu Ray et les revoir dans le calme de leur salon ou, comme a proposé une internaute, "se payer un sosie de Scarface pour la soirée".