Divers Alex Vizorek, le chroniqueur belge de Salut les Terriens ! (C8) et France Inter, sera la maître de cérémonie des 9es Magritte du cinéma.

" Comme d’habitude, quand on me propose quelque chose qui me plaît, je saute sur la balle , confie celui qui est en pleines répétitions de sa première pièce de théâtre Trois hommes et un couffin. J’étais juste un peu inquiet du temps que cela représentait car j’ai envie de bien faire ça. Mais comme la décision a été prise de ne pas faire mon nouveau spectacle cette année mais l’année suivante (10 ans après la première de son premier show Alex Vizorek est une œuvre d’art , NdlR), voilà un joli défi en vue !"

À savoir devenir, après Charlie Dupont ou Fabrizio Rongione, le nouveau maître de cérémonie des prochains Magritte du cinéma qui se tiendront le 2 février 2019 sur La Deux. "La RTBF me laisse toute la liberté avec mon équipe d’auteur pour faire à peu près tout ce dont j’ai envie de faire, assure celui qui avait déjà fait un passage politiquement remarqué l’année dernière et qui devrait récidiver en pleine période d’élections. Je ne vais pas m’en priver ! Après, il s’agit quand même d’axer cinéma, pas d’en faire un spectacle chansonnier. Je connais un peu les classiques de ces soirées-là aussi, il faut les rythmer. Et le vrai problème est que, dans la salle, il n’y a pas le même public que derrière la télé. Mais les Magritte ne sont pas les César non plus. J’ai fait quelques blagues politiques l’an dernier (où il a notamment décerné un prix à Théo Francken, NdlR), le public marche avec toi. Comme le Belge a de l’autodérision, quand tu te moques du milieu, il rigole avec toi. En France, quand tu te moques du milieu, que tu en fasses partie ou pas, on l’a vu avec Jérôme Commandeur ou Manu Payet qui malgré leur carrière cinéma sont encore considérés comme des humoristes, il faut y aller avec des pincettes. Ici pas de problèmes ! On m’a fait comprendre que je pouvais me faire plaisir, tant que le public passe une bonne soirée."

Un rôle dans le film de Michel Denisot

"L’idée n’est pas d’en faire une foire au boudin mais bien une soirée élégante, insiste Alex Vizorek qui a déjà commencé la préparation avec son équipe d’auteurs, bien rodée à l’exercice depuis qu’il officie dans l’émission de Thierry Ardisson sur C8, Salut les Terriens !. Je pense à des guests mais vu mon pauvre carnet d’adresses, si je demande à Alain Delon de venir faire un sketch, je ne suis pas sûr qu’il viendra (sourire) ! Mais là où je m’attends moi-même, c’est lors du monologue de départ. On va viser le génial Ricky Gervais en essayant de s’en approcher au plus près. Normalement, c’est là aussi où je me débrouille le mieux. En plus ce sera une belle année ciné. On a Mon ket, Girl qui a été primé à Cannes ou encore Carnivores, le film des frères Renier. Dans les potentiels récupérateurs de prix, on a donc déjà de très beaux noms !"

Avant de présenter les César l’année qui suit ? "Ce n’est pas un objectif mais... si après ça peut donner des idées aux gens, je serais bien naïf que cela me poserait un problème. J’en serais ravi !, conclut celui a joué des petits rôles dans les films Madame d’Amanda Sthers, Les Affamés de Léa Frédeval et J’ai perdu Albert de Didier Van Cauwelaer t. J’ai toujours fonctionné comme ça. J’ai essayé de bien faire mon travail en Belgique et on m’a ensuite souvent demandé de venir le faire en France après. C’est pour ça que la Belgique a toujours été un tremplin, dans le bon sens du terme. Je ne le fais pas les Magritte pour aller aux César mais bien parce que ça m’amuse. Je n’ai pas fait non plus ce métier d’humoriste pour finir au cinéma. Ça me plaît mais ce n’est pas le Graal. Je trouve que mon prochain spectacle est plus important que de faire un film. Même si je fais à chaque fois un rôle plus conséquent, comme mon petit rôle dans le film de Michel Denisot que je vais bientôt tourner (Toute ressemblance, avec Franck Dubosc dans le rôle principal, sur le monde de la télé, NdlR) , je ne fais pas partie de la famille cinéma. Mais c’est gentil que les Magritte me le proposent. C’est l’occasion d’aller titiller cette famille. Et comme je n’ai donc pas d’amis dans la salle, je peux me permettre ce que je veux (sourire) !"