Divers Une nouvelle équipe de comédiens se met en place, aux côtés de Baudouin et André Remy, pour la revue politico-satirique version 2.1.

"J’ai pensé tout arrêter, nous confie Baudouin Rémy à l’issue de cette vingtième année de Sois Belge et tais-toi. Mais quand j’ai vu les retours du public par courrier… je me suis dit qu’il serait dommage de ne plus continuer. Mais on voulait de la continuité dans le changement et du changement dans la continuité."

Après une année anniversaire un peu difficile suite aux soucis de santé de son père André Remy (atteint d’un zona qui lui avait provoqué une paralysie faciale au début de la tournée) aujourd’hui guéri, la troupe satirico-politique fait peau neuve. Dans un choix stratégique après 20 ans d’existence dans le milieu du spectacle, Sois belge et tais-toi est parti d’une volonté de se renouveler. À commencer par un nouveau metteur en scène (le jeune fantaisiste Damien De Dobbeleer) et une toute nouvelle équipe de comédiens. Du "juke-box aux plus de 100 voix" (l’imitateur liégeois Benoit Charpentier) au chanteur et imitateur qui "sait imiter tous les accents de la planète" (Stéphane Pirard, "on dit aussi qu’il ressemble à Nadal") en passant par la comédienne d’origine italienne vue notamment dans Le Gamin au vélo des frères Dardenne (Sandra Raco) ou encore cet ancien steward de la Sabena devenu imitateur et humoriste (Maxime Thierry) et l’ancienne membre de la revue du Théâtre des Galeries (la puissante voix de Manon Hanseeuw).

"On savait qu’il allait y avoir deux scrutins cette année et que certains quittent la politique, poursuit le journaliste de la RTBF. Donc, pour interpréter de nouveaux visages, il fallait de nouvelles personnalités. On a alors demandé à des gens de venir nous voir pour présenter leur talent. Au total, 30 auditions ont eu lieu. Cela fait 20 ans que mon père et moi écrivons ce spectacle et nous n’avons jamais autant vibré. Car on a aujourd’hui la possibilité de faire ce que nous-mêmes, parfois, n’étions pas capables de faire. On est passé d’un formidable quatuor à cordes, à un orchestre vocal philharmonique. À nous six, on peut imiter l’équivalent de 140 voix."

Au programme ? Du renouveau, sans pour autant rejeter l’ancien. "On se renouvelle et on évolue, tout en gardant l’ADN de Sois belge, insiste celui qui annonce déjà 50 dates - dont une au Luxembourg et à Gand ! - pour la nouvelle tournée et qui fêtera la 1000e représentation le 15 décembre prochain. Il est important que les codes de Sois belge restent et soient reconnus par notre public fidèle. Une attention particulière sera donc mise sur l’international, sans oublier les sketches cultes de Devos et Lemmens ou de la leçon de néerlandais qui pourront revenir mais sous le costume d’autres comédiens."

Le but étant de respecter les codes et l’esprit du show. "Ce 21e spectacle, ce n’est pas un hasard s’il tombe entre deux élections, conclut ironiquement Baudouin Remy. En octobre, les communales. En mai, les régionales, fédérales et européennes. Et entre les deux, Sois belge ! Il sera donc essentiellement question de voix cette année… de voix de préférence. Et nous avons eu une préférence pour les voix. 21 comme 2.1, ça annonce un changement. Nos nouveaux talents, vous allez donc entendre parler d’eux, point. Hein ? (sourire)"

La 20e de Sois belge et tais-toi sera diffusée ce 7 juin sur la Deux et la billetterie de la 21e édition - dont un petit extrait est à voir sur dh.be - est déjà ouverte. Infos et réservations via www.soisbelge.be.