Divers Le phare de Blankenberge vous offre un panorama magique du haut de ses 33 mètres

BLANKENBERGE Le littoral belge compte bon nombre de phares. Mais à Blankenberge, il y en a un qui se distingue tout particulièrement des autres. Bien sûr, il permet aux bateaux de se diriger. Bien sûr, il est encore en activité. Bien sûr, il est à présent automatisé. Mais il y a plus...

Pour le trouver, vous devez vous rendre tout au bout de la digue, près du port de plaisance. C'est donc en direction de Wenduine. Là, se dresse fièrement devant vous le phare de Blankenberge qui est aussi un musée.À l'intérieur, vous avez l'occasion de découvrir mille et une astuces sur l'univers de la mer, de la pêche,... Ce musée atypique vous invite aussi à prendre connaissance du passé de la station et de l'étonnante histoire des phares.À leur sortie, la plupart des visiteurs se demandent comment peut-on installer autant d'objets, de gravures, de peintures et de tableaux dans un espace aussi réduit? Cela fait aussi partie de la magie de la marine: utiliser les moindres recoins d'un espace étroit à bord d'un bateau ou d'un phare.

L'origine historique du mot phare est incertaine. Les théories diffèrent et les spécialistes n'arrivent pas à se mettre d'accord. Cependant, il semblerait que le phare soit égyptien. C'est dans la région de la ville d'Alexandrie que le premier phare aurait vu le jour. Le site est aujourd'hui immergé huit mètres sous l'eau et des sculptures de trois mètres de haut ont été retrouvées. Avec le temps, les phares ont évolué. Aujourd'hui, ils sont pour la plupart ronds. Mais il en existe encore un, à Boulogne-sur-Mer, qui est de forme pyramidale. Quelle curieuse coïncidence...

Le premier phare de Blankenberge a été bâti en 1817 sur le fort Napoléon. En 1870, il a été remplacé par un autre phare qui a été lui-même détruit par les Allemands pendant la Seconde guerre mondiale, en 1944. Le phare que nous connaissons aujourd'hui existe depuis 1950. Le dernier garde du phare a pris sa pension en 1975. Par la suite, le phare a naturellement été automatisé.À l'intérieur, deux étages complets expliquent de long en large le fonctionnement des ancres, l'utilité des multiples noeuds marins, les outils nécessaires sur un bateau, les bottes de pêcheurs mais aussi l'évolution des vestes depuis 1950. De nombreuses photos décorent aussi les murs.

Parmi elles, vous découvrirez des clichés de la famille royale en visite à la côte: le roi Baudouin et l'actuel roi Albert II. Mais aussi la venue de la princesse Diana. L'histoire de la ville est aussi exposée. Des dessins de 1945 ainsi que des photos de 1901 et 1920 sont exposés dans le phare. Plus haut, il y a aussi un plan authentique de l'attaque anglaise prévue dans la nuit du 22 au 23 avril 1918 au cours de la Première guerre mondiale.

Le temps de cette visite, vous avez vraiment l'impression de faire un bond dans l'histoire. Il faut en effet reconnaître que l'atmosphère se prête à cela. L'ambiance et la décoration vous envoûtent et vous emmènent agréablement dans l'histoire de la marine et de tout ce qui l'entoure.

Une fois en haut du phare, si vous trouvez l'énergie suffisante pour monter l'escalier qui compte 99 marches, vous surplomberez alors la côte, la digue, la plage et les dunes. C'est une vue imprenable où des jumelles vous attendent pour scruter l'horizon qui, à cette hauteur, se trouve à une distance de 19 kilomètres par temps clair. Vous pouvez en effet voir un bateau à la pointe de l'horizon en haut du phare alors qu'il a déjà disparu pour ceux qui se trouvent sur la digue.

Enfin, dernier détail, la visite est gratuite.

© La Dernière Heure 2003