Divers

MONTERREY L'Etat du Chihuahua, dans le nord du Mexique, est en plein recrutement. Des centaines de chats doivent prochainement participer à une attaque dirigée contre une population de rats qui a atteint une proportion démesurée de plusieurs centaines de milliers.

Les autorités sanitaires du Chihuahua souhaitent rassembler près de 700 félins pour les envoyer à Atascaderos, un village rural isolé dans les montagnes Tarahumara. Dans la région, les estimations des autorités font état de près d'un demi-million de rats.

Les chats sont recueillis dans la ville de Chihuahua, capitale de l'Etat du même nom. Ils sont ensuite vaccinés et testés pour la rage avant d'être transportés par camion jusqu'à Atascaderos, a affirmé Robert Gallegos, le responsable sanitaire chargé de superviser le recrutement des chats.

«Notre but est d'arrêter la reproduction des rats, et nous espérons que les chats seront utiles à cette fin», a-t-il souligné. Des petites annonces réclamant les dons de chats ont été publiées dans les journaux de Chihuahua et les autorités espéraient pouvoir en rassembler plus de 200 dès la première semaine.

Les chats seront distribués à des domiciles infestés de rats à Atascaderos, une ville de 3.000 habitants, où les rats se sont même attaqués à des animaux domestiques.

La population de la ville s'est aperçue du problème récurrent il y a plus d'un an lorsque les rats ont fait leur apparition dans les étables et les entrepôts où était entreposée la production des agriculteurs.

Ces derniers ont alors commencé à utiliser des pièges à rats et du poison, mais leurs efforts se sont retournés contre eux: des chats et d'autres petits animaux ont commencé à mourir à la place des rats.

«Maintenant, nous n'avons plus de chats, et les rats continuent à se multiplier», a souligné Robert Gallegos.Eustaquio Marin, le porte-parole de la municipalité de Guadelupe y Calvo, où se trouve Atascaderos, a affirmé que plus de 800 habitations étaient infestées par en moyenne 200 rats chacune.

Emilia de Leon, de la Société de protection des animaux de Monterrey (la métropole du nord du Mexique), a émis certaines craintes quant au plan mis en place, en soulignant que d'envoyer des chats non stérilisés pourrait causer encore plus de problèmes.

«Après, il va y avoir une invasion de chats. Et qu'est-ce qu'ils font faire? Commencer à éliminer les chats?, a souligné Emilia de Leon. C'est une très grave erreur d'utiliser des chats qui ne sont pas stérilisés».Bien qu'aucun rapport n'ait fait état de rats qui se sont attaqués à des humains, les autorités craignent que les rongeurs se propagent jusqu'aux villages à proximité, a affirmé Eustaquio Marin.

Ils se reproduisent comme... des lapins

Les rats pouvant se reproduire à raison de 800 progénitures par année, les autorités désespèrent de trouver une solution.

Des responsables d'organisations pour les droits des animaux accusent les autorités de ne pas penser aux conséquences d'envoyer des centaines de chats dans les montagnes Tarahumara, où les gens vivent dans une pauvreté extrême et où les sécheresses et les nuits glaciales sont fréquentes.

«Je ne crois pas que les chats pourront survivre aux conditions climatiques de ces montagnes», a affirmé Maria Luisa Carrillo, de l'Association de défense des animaux de la ville de Juarez. «Les autorités pensent peut-être que c'est une solution logique. Mais il semble qu'elles n'aient pas réfléchi à savoir si les chats survivront et où ils iront lorsqu'il n'y aura plus de rats...».

© La Dernière Heure 2004