Divers Un traitement diététique pour prévenir le vieillissement

BRUXELLES Vous êtes nombreux à vous inquiéter des premiers signes de vieillissement de votre chien. Le troisième âge de l'animal est perceptible dès 9-10 ans chez les chiens de petites races (moins de 10 kg) d'une espérance de vie supérieure aux autres. Les chiens de format moyen (entre 10 et 25 kg) commencent à vieillir vers 7-8 ans et les gros calibres (plus de 25 kg) vers 5-6 ans, déjà. Baisse de la protection immunitaire, altération de la peau et du pelage, dents entartrées, gingivites, constipation, troubles digestifs, baisse de l'acuité visuelle, de l'audition, de l'odorat, du goût... guettent Médor.

Chez la plupart des chiens, le vieillissement s'accompagne d'une baisse de dynamisme et d'une diminution des exercices. Si la ration alimentaire n'est pas modifiée, ils grossissent. Et toute prise de poids influe négativement sur la santé. D'autres en revanche, suite à une moins bonne perception de l'odeur, perdent du poids, et donc leur masse musculaire diminue. Attention si certains boudent carrément leur gamelle, c'est peut-être le symptôme de troubles dentaires ou rénaux à soigner. Toujours est-il que les consultations chez votre vété seront plus régulières.

A titre préventif, une alimentation diététique adaptée contribue à limiter les effets du vieillissement. Elle est recommandée, dès 5 ans, pour les races géantes et entre 6 et 8 ans pour les autres.

Les dangers cachés du sapin

Comme l'intestin du vieux chien assimile moins bien les aliments, la ration doit contenir un apport énergétique suffisant et des nutriments faciles à digérer. A noter que les antioxydants sont intéressants, (vitamines E et C). Un régime diététique efficace existe même, en complément au traitement médical ou chirurgical, pour enrayer certaines maladies (diabète, insuffisance rénale ou hépatique, calculs urinaires, insuffisance cardiaque, arthrose...).

Le vétérinaire est le meilleur conseiller pour choisir le type d'aliment le plus approprié. Et puisque l'heure est à la prévention, on invitera Médor en ces temps de fête, à ne pas se blottir sous le sapin.

Il se gardera bien d'ingurgiter les décorations pouvant endommager la paroi intestinale avec risque de perforation et de péritonite. De même, il évitera de slalomer entre les guirlandes électriques, source d'électrocutions, lorsqu'on les mâchonne ou lorsque le câble présente un défaut d'usure.

Enfin, Médor ne succombera pas à la tentation du chocolat toxique pour lui, ne rongera pas son os, surtout celui de volaille. En un mot, fuira comme la peste vos repas et libations.

La semaine prochaine, le vieillissement du chat

© La Dernière Heure 2003