Divers Les déconvenues se suivent depuis l'annonce officielle. Charles s'est cependant dit «heureux» de la décision de sa mère

LONDRES L'absence annoncée de la reine Elizabeth II à la cérémonie de mariage civil de son fils Charles avec Camilla, le 8 avril, n'est que la plus récente d'une cascade de mauvaises nouvelles pour les futurs époux.

Le 10 février, immédiatement après avoir annoncé les noces, les services du prince précisent que Mme Parker Bowles ne deviendra ni princesse de Galles par son mariage ni reine d'Angleterre si Charles venait à régner, mais simplement princesse consort.

Le 14 février, Clarence House, la maison du prince, réfute l'argument développé la veille à la BBC selon lequel le mariage n'aura pas de valeur légale, faute d'être conforme aux règles régissant les unions de la famille royale.

Le 17 février, le projet du couple de se marier au château de Windsor tombe à l'eau. Autoriser un mariage dans la résidence royale impliquerait que quiconque en ferait la demande pourrait faire de même pendant trois ans. Les fiancés royaux se rabattent sur la mairie.

Le 22 février, Charles fait d'abord savoir qu'il n'aura pas de témoin, un rôle dont on pensait qu'il serait dévolu à ses fils William et Harry. Dans la soirée, la reine annonce qu'elle sera présente à la bénédiction religieuse des mariés, mais pas au mariage civil qui la précédera. La souveraine a fait ce choix, selon le communiqué du palais de Buckingham, «parce qu'elle est consciente que le prince et Mme Parker Bowles voulaient que l'événement reste discret».

Charles est «heureux» de la décision de sa mère de ne pas assister à son mariage civil, qu'il avait toujours souhaité discret, et n'y voit pas une rebuffade. «Le mariage sera béni devant sa famille et ses amis. Il y aura ensuite une superbe réception. Il avait toujours été prévu que la cérémonie civile serait discrète», a affirmé un porte-parole du prince Charles.

«Non», le prince ne voit pas cela comme une rebuffade de la part de sa mère, a encore ajouté ce porte-parole. «Ils en ont parlé, et le prince est content des arrangements prévus», a-t-il poursuivi. La majorité des commentateurs percevait cependant mercredi la décision de la reine de ne pas assister au mariage civil de son fils avec Camilla Parler Bowles comme un camouflet, témoignant de son refus d'un mariage civil à la mairie pour l'héritier du trône. La reine n'aurait par ailleurs accepté qu'avec réticence l'idée d'un futur roi épousant une divorcée, qui avait, eu en étant mariée, une longue liaison avec le prince Charles. s

© La Dernière Heure 2005