Divers Etienne a un double d'Eugène: il est toujours resté dans sa boîte

BRUXELLES L'âge d'or d'Eugène et Etienne se situe entre 1987 et 1993, lorsque, avec Anouchka d'abord, Sabine Matthus ensuite, le ventriloque et sa marionnette animaient, tous les dimanches matin, l'émission Dimanche en fête sur RTL-TVi. «Lorsque notre collaboration avec RTL a cessé, j'avoue que j'ai eu un creux pendant deux ans. J'ai continué à faire des spectacles et, petit à petit, le bouche-à-oreille s'est mis à fonctionner.»

Etienne et Eugène ont, cette année, vingt ans d'existence commune et ils fêtent l'événement ce samedi soir au Comiqu'Art de Bruxelles. «Je trouve encore chaque semaine les traces de cette émission de télé. Des jeunes qui ont, aujourd'hui, entre 20 et 25 ans, me disent que j'ai émerveillé leur enfance.»

L'histoire est née bizarrement: «Je commençais à faire de la magie. J'essayais de monter un petit spectacle. Dans un magasin spécialisé de Bruxelles, j'ai vu Eugène en vitrine. J'ai eu un flash. Le commerçant m'a garanti que la ventriloquie s'apprenait. J'ai donc acheté un livre: une méthode. Et je suis entièrement autodidacte. J'ajoute qu'Eugène était une marionnette conçue pour faire jouer les enfants. Les autres ventriloques ont des marionnettes beaucoup plus grandes, avec un mécanisme plus complexe et qui coûtent 2.000 euros. Eugène m'a coûté 60 euros! Et ça marche! Plus tard, j'en ai acheté une deuxième. Au cas où... Mais elle n'est jamais sortie de sa boîte. En vingt ans, Eugène a eu des pannes. Mais, avec un voisin bricoleur, on les a toujours réparées.»

Pour ces 20 ans, un CD des meilleures chansons d'Etienne et Eugène sort chez AMG (C'est Eugène). Comprenant, bien sûr, le Yoyo qui fut son plus grand succès.

Eugène et Etienne, ce soir, au Comiqu'Art, à Bruxelles. 02/ 537 69 37.

© La Dernière Heure 2003