Divers

Avez-vous déjà essayé de supprimer un message privé que vous veniez d'envoyer sur Facebook? 

Vous vous êtes alors rapidement rendu compte que le fameux message ne disparaissait que de votre propre conversation mais serait toujours bien visible par votre destinataire. 

Rageant, n'est-ce pas ? Malheureusement, les règles sont les mêmes pour tout le monde. Enfin, presque. Elles semblent légèrement différentes quand il s'agit des big bosses de Facebook...

Trois personnes ont ainsi expliqué à Tech Crunch avoir relu de vieilles conversations privées avec Mark Zuckerberg en se rendant compte que des messages du fondateur de Facebook avaient mystérieusement disparu. Une suppression plutôt grotesque étant donné que leurs réponses aux messages de Zuckerberg n'ont, elles, pas été effacées donnant l'illusion que ces personnes se parlaient à elles-mêmes. 

Si on prend la peine de s'y intéresser, la suppression des messages est évidente mais, à l'époque, les messages ont été gommés dans le plus grand secret, sans que les destinataires de ceux-ci ne soient prévenus. 

Une manoeuvre pour "protéger les cadres"

Contacté par le site spécialisé en technologies, Facebook a fourni une explication. "Après que des e-mails de Sony Pictures aient été piratés en 2014, nous avons procédé à quelques changements pour protéger nos cadres. Nous avons limité la période de conservation des messages de Mark sur Messenger. Tout cela a été fait en accord avec nos obligations légales." 

Pour rappel, des e-mails privés échangés par les travailleurs de Sony avaient été mis en ligne suite à un piratage massif de l'entreprise. Messages compromettants, confidences, scénarios inédits, bon nombre de données confidentielles avaient été dévoilées au grand jour.

Suite à cette affaire, il est évident que les cadres de Facebook ont bénéficié d'un traitement de faveur par rapport aux utilisateurs lambda. En effet, rien n'autorise Facebook à supprimer lui-même des messages échangés par ses utilisateurs à moins qu'ils n'enfreignent les conditions générales de l'entreprise.


Qu'y avait-il dans ces messages?

Il est très compliqué de répondre à cette question puisqu'il n'en reste plus aucune trace. Ni dans les conversations, ni sur les serveurs de l'entreprise. Tout ce que l'on sait, c'est qu'il s'agit de messages datant d'avant 2014.

Fait intéressant : tous les messages de Mark Zuckerberg écrits pendant cette période n'ont pas été supprimés. Certains contacts en disposent encore, ce qui veut dire que le tri a été soigneusement effectué pour ne se débarrasser que des messages les plus sensibles. Il pouvait s'agir d'acquisitions à venir ou d'informations stratégiques importantes. A moins que ce ne soient des informations potentiellement embarrassantes pour lui, poursuit le site.

Zuckerberg a peut-être voulu faire preuve de prudence étant donné que ce n'est pas la première fois que certains de ses échanges privés sont publiés. En 2004, juste après qu'il a créé Facebook, une discussion entre un ami et lui avait été rendue publique. Dans cet échange, Zuckerberg expliquait à son ami : "Si tu veux plus d'informations sur quelqu'un à Harvard, demande-moi. J'ai environ 4000 e-mails, photos, adresses." "Quoi? Comment tu as fait?", lui demandait son ami. "Les gens me les ont données. Je ne sais pas pourquoi. Ils me font confiance. Putain d'abrutis." Des années plus tard, Zuckerberg avait dû s'excuser et se justifier prétextant un manque de maturité. Chat échaudé craint l'eau froide?