Divers À seulement 22 ans et avec ses jeux de mots à la Devos, le Namurois Félix Radu cartonne à Paris avec Les mots s’improsent.

"Quand j’étais petit, j’étais seul avec mon carnet car j’écrivais des poèmes , confesse celui qui fera le Festival d’Avignon cet été. J’étais admirateur de Victor Hugo. Il était mon ami imaginaire. J’étais très timide, seul dans la cour de récré avec quelques-uns de ses livres dans mon sac. La poésie était donc mon seul compagnon de route. Je suis encore un peu timide, mais j’ai la timidité chaleureuse! (sourire)

(...)