Francis Huster passe une semaine à Bruxelles: "Je n’ai jamais réussi à satisfaire à 100% une femme!"

Interview > Ch.V. Publié le - Mis à jour le

Divers Francis Huster est sur scène à Bruxelles avec Ingrid Chauvin. Il nous accorde une interview exclusive, à cœur (très) ouvert.

Le temps passe vite. À bientôt 70 ans (il les aura en décembre prochain !), Francis Huster courrait-il après ? Lui qui enchaîne les pièces à succès, cumule les représentations, fourmille de projets personnels et en troupe pour les prochaines années... "Dans ce métier, la seule chose à faire, c’est de ne pas se perdre soi-même… Le jour où tu te perds toi-même, même si tu as 30 ans, t’es mort !", nous dit-il.

Depuis hier, le comédien, metteur en scène, auteur - un artiste boulimique, en résumé - s’est installé à Bruxelles, le temps de six représentations d’Avanti ! au centre culturel d’Auderghem qu’il joue, notamment, avec Ingrid Chauvin. "Avec elle, ça se passe formidablement. Cette fille est dans la vie quelqu’un de formidable, avec une grande conscience professionnelle… Je pense que cette pièce n’est que le début pour Ingrid d’un parallèle entre le théâtre et la télévision. Il faut qu’elle reste star de la télévision. Elle aurait tort de basculer dans le cinéma. Je lui souhaite vraiment de ne pas faire cette erreur. On ne parle plus de cet élitisme selon lequel le cinéma serait supérieur à la télévision. Ça n’existe plus ! Et au théâtre, elle est tellement heureuse !"

Avez-vous aujourd’hui votre mot à dire sur le choix de votre partenaire ?

"J’ai mon mot à dire sur tout… mais je ne le fais jamais ! Il n’y a pas un seul comédien qui a joué avec moi depuis 10 ans que j’ai imposé ou dont je me suis mêlé de l’engagement. Non seulement je pourrais, mais je devrais. Mais c’est ma morale, depuis la Comédie française où je ne supportais pas quand un acteur de la troupe disait qu’il ne voulait pas jouer avec un tel ou une telle. Par contre, quand je suis moi-même metteur en scène, je ne supporte pas que qui que ce soit discute mes choix." (sourire)

Au théâtre, n’y a-t-il eu pour vous, jusqu’à aujourd’hui, que des succès ?

"Il y a eu un échec. C’était J’adore la vie , de Mirbeau (en 1999). Déjà le titre était imbécile, parce que je n’adore pas la vie ! Je m’en méfie beaucoup. C’est pour ça que je fais ce métier : pour ne pas être dans la vraie vie. Sinon, je serais déjà mort ! (sourire) À la première de cette pièce, c’était bourré dans la salle. Au bout de 11 jours, j’ai dit j’arrête. J’ai repris La peste . Je ne me plaisais pas dans ce spectacle, il y a quelque chose qui ne fonctionnait pas. C’est la seule fois de ma vie où j’ai eu un échec ! Je trouvais qu’il n’y avait pas d’humanité dans ce que je faisais. Je ne supportais pas ça. Je me demandais ce que je foutais là !"

Un échec sur une carrière de plus de 40 ans au théâtre, ça va…

"Oui. Par contre si on parle des femmes de ma vie… là, tu peux dire : que des échecs ! (sourire) Mais j’ai eu deux filles, ça, c’est magnifique ! Je n’ai jamais réussi à satisfaire à 100 %, à faire le bonheur d’une femme (il en profite pour faire une parenthèse sur l’épisode de Rendez-vous en terre inconnue, avec Cristiana Reali, diffusé hier soir sur france 2, NdlR) . La raison : c’est tout simplement - et dieu sait si elles étaient belles et qu’elles m’ont tout apporté - parce que ce qu’une femme attend d’un homme est tout à fait différent que ce qu’un homme attend d’une femme. C’est non seulement qu’il la rende heureuse mais aussi qu’il soit heureux avec elle. Et aucun homme - parce que les hommes sont des cons - n’imagine ça. Et quand une femme vit avec un mec comme moi et qu’elle se dit le lundi ou le mercredi : ‘Pourquoi il fait cette gueule ? Pourquoi il est dans cet état-là ?’ Y’a un moment, au fil des années, où tu ne le supportes plus. Et en tant que femme, tu te demandes : ‘Je ne lui suffis pas ou quoi ? ’ T’es assise en face de lui, tu manges avec lui, dors avec lui et il est ailleurs. Il faut que les hommes comprennent que la femme attend d’eux qu’ils soient heureux, sinon elle craque! Moi, je l’ai compris, mais je suis incapable de l’appliquer ! En 7 jours, tu me verras super heureux et deux jours plus tard, sans savoir pourquoi, je ne dis plus un mot. Je suis insupportable à vivre !"

Mais si c’était à refaire, vous referiez pareil ?

"Oui. Mais elles, peut-être pas… Elles seraient peut-être parties plus vite ! (rires) Ce qui est extraordinaire, c’est que j’ai gardé des super rapports avec toutes. Et quand on se revoit, c’est comme si on ne s’était pas quitté la veille. Mais il y a toujours un sourire dans le regard qui me dit : ‘T’as pas changé ! ’" (sourire)

Depuis plusieurs années, vous ne quittez plus le metteur en scène Steve Suissa (qui met en scène Avanti!)…

"C’est un peu ce qui s’est passé avec Montand ou Romy Schneider avec Sautet : je pense qu’il exige de moi à chaque fois - et on ne s’en rend pas compte - quelque chose de totalement différent et tant qu’il exigera cette différence, on continuera à travailler. Je joue au théâtre comme s’il y avait des caméras."


"À la tête de la France, il faut un Kennedy !"

On ne parle plus que de ça : du 1er tour des présidentielles en France. Francis Huster, lui, s’est tu sur le sujet… jusqu’à présent. "Je n’ai rien dit en France. Ma position est la suivante : ce qui va se passer dans une semaine sera une énorme surprise. Au moment où on croit que la France est complètement folle, exposée. Qu’elle ne sait plus ce qu’elle fait, qu’elle est dans un état terrifiant. Je pense que la France va faire tout le contraire de ce qu’on pense. Au second tour, il y aura un vrai duel, à la hauteur, d’où va sortir le meilleur président pour la France. En quelques mois, on comprendra que la France a trouvé son Kennedy. À la tête de la France, il faut un Kennedy ! Quelqu’un qui ose être ferme. Qui parmi ces 11 candidats a la stature pour pouvoir gouverner la France ? Il n’y en a que deux ! Je suis persuadé que le destin va faire en sorte que ce duel ait lieu…"

Francis Huster, votera, par procuration, ce week-end. Mais il ne dira pas pour qui exactement. "Je trouve que - et on l’a bien vu aux États-Unis - les people, les gens célèbres, qui osent paraître à côté des candidats, c’est… c’est quelque chose que je ne ferais pas. C’est presque indécent ! C’est d’une naïveté folle. Les gens qui votent n’ont pas à être confortés dans leur vote, parce que telle ou telle personne qu’il aime choisit tel ou tel candidat. On devrait presque empêcher ça."


Demain, encore et toujours sur scène… et à la télé aussi

Francis Huster s’était promis une parenthèse de 10 ans au cinéma et à la télé. Il est temps d’y revenir. Avec une surprise aussi…

Il nous promet une très grosse surprise pour la rentrée 2018, Francis ! " Ce sera un coup de tonnerre ", nous dit-il. Difficile pour cet acteur généreux et bavard de ne pas lever un coin du voile sur cet événement à venir… mais il tiendra bon ! Une fois la tournée d’ Avanti ! terminée, paraîtra un livre sur Molière qu’il a signé. " Cela sortira le 14 septembre. Molière, c’est mon dieu. S’il n’y avait pas eu Molière, je n’aurais pas fait ce métier, c’est sûr ! " Suivra un Dictionnaire amoureux dédié au même Molière. Puis, une pièce (un monologue, avec piano et écran) sur le pianiste Vladimir Horowitz, qui partira en tournée mondiale. Et une embarcation aussi pour Venise. Sur un bateau de croisière, en mai prochain, il racontera la vie du chef d’orchestre Toscanini. Et déjà, il sera temps de repartir en tournée avec À droite, à gauche (la pièce écrite par Laurent Ruquier) que le cinéma et la télévision auront refait leur apparition dans la vie de Francis Huster. "Ce sera mon retour en 2018. En télé, ce sera une série, à l’américaine… pour 6 ans. Et cinéma, j’ai trois films en projet. " Un insatiable passionné.

Interview > Ch.V.

Facebook

Galerie photos du jour

Tweets des journalistes DH

Notre sélection d'annonces

NewsLetter

4,83€ Edition Web

Aller sur 4,83€ Edition Web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous cherchez à tout prix à compliquer une situation qui pourtant ne présente aucune difficulté majeure.

Taureau

Vous êtes amené à vous déplacer dans le cadre de votre activité. Une bonne organisation s’impose.

Gémeaux

Pas question de faire la moindre concession sur le plan affectif. Vous campez sur vos principes.

Cancer

L’investissement consenti pour votre activité professionnelle vous vaut les félicitations de vos supérieurs.

Lion

Vous n’avez pas d’autre choix que de vous adapter aux habitudes de votre entourage. Vous faites des efforts.

Vierge

Ne vous faites pas trop de souci. Ce ne sont pas quelques changements qui vont vous mettre en danger au travail.

Balance

Vous avez beaucoup de mal à rester concentré sur ce que vous faites. Vos pensées se dispersent.

Scorpion

Vous avez le sentiment que votre partenaire vous délaisse. N’attendez pas pour lui en parler en toute franchise.

Sagittaire

Soyez sur vos gardes. Vous pouvez facilement vous laisser endormir par de belles paroles.

Capricorne

Votre situation financière est protégée. Vous tendez néanmoins à l’améliorer pour vous mettre à l’abri.

Verseau

Vous faites de gros efforts pour renforcer vos liens affectifs. Votre attitude est réellement appréciée.

Poissons

Même si tout est calme au travail, restez toutefois sur vos gardes. Gardez un œil sur vos adversaires.