Divers L’animateur d’I Comme sera sur les ondes de Bel RTL pendant toute la semaine.

Créer une connivence entre la télévision et la radio, c’est bien le pari que s’est lancé RTL Belgium. Cette semaine en est encore la preuve avec l’arrivée de Jacques Van den Biggelaar, visage emblématique d’I Comme, sur les ondes de Bel RTL. De lundi à vendredi, l’animateur remplace, en effet, Bérénice aux commandes du Superquiz, de 12 h à 13h. "Je me souviens de mes débuts en radio, il y a 26 ans, nous raconte Jacques Van den Biggelaar. Pendant quatre ou cinq ans, je m’occupais des infos de 7 heures et de 8 heures. Puis petit à petit, on est venu me chercher pour animer des jeux d’été. J’adorais ça !"

Après autant d’années sans radio, ne perd-on pas la main ?

"J’ai eu un jour de formation mais tout revient assez vite même si je garde quelques réflexes de la télé. Je ne suis d’ailleurs pas trop inquiet. En fait, je suis dans une situation assez confortable. L’équipe de Bel RTL est aux petits soins pour moi. Moi, je dois juste m’occuper de l’animation. Le reste est très bien organisé par les équipes. Je suis même gêné de recevoir autant d’attentions" (rires)

Qu’est ce qui vous plaît dans l’exercice radiophonique ?

"L’immédiateté que je ne retrouve pas en télé. Le fait d’être aussi proche des auditeurs en direct. Je le pratique peu en télé, mis à part lors du Télévie. En radio, on a tout sous la main."

Trouvez-vous qu’en vingt-six ans, la façon d’animer une émission a fondamentalement changé ?

"Oui, très clairement. Avec les années, le ton utilisé pour animer est devenu de plus en plus léger. Avant, tout était écrit et ça se ressentait sur les ondes. Aujourd’hui, les auditeurs ont presque l’impression que les animateurs arrivent au micro avec les mains dans les poches, que rien n’est préparé alors qu’il y a tout de même un minimum de préparation. On n’a plus le même langage non plus. Je n’aurais jamais imaginé dire p’tit déj ’au lieu de petit-déjeuner , par exemple."

Aimeriez-vous animer votre propre émission radio ?

"Oui, bien sûr ! Je n’ai jamais fait beaucoup de radio parce que la présentation d’ I Comme m’a toujours pris énormément de temps. Mais, évidemment, j’adorerais avoir ou participer à une émission comme Les Grosses Têtes ou On refait le monde . J’ai en tout cas besoin d’une émission où il y a de l’interaction. Je ne rêve pas être seul dans le studio à passer des musiques, par exemple."

Que pensez-vous de cette connivence entre la radio et la télévision qu’instaure RTL Belgium ?

"Je trouve ça pas mal bien que je suis persuadé qu’il y a des animateurs qui incarnent vraiment la radio comme Michael Pachen ou Julien Sturbois, par exemple. Ce sont réellement des hommes de radio, de vrais modèles pour moi."

Cette année, vous fêtez la 35e saison d’I Comme

"Et, après autant d’années, je ne m’en lasse toujours pas ! Surtout depuis que l’équipe s’est agrandie. Je ne suis plus le seul à fouiller. Maintenant, Jill, Ludovic Daxhelet et Quentin Ceuppens ont rejoint l’émission. Il y aura d’ailleurs quelques changements à la rentrée. Jill vous présentera une nouvelle chronique qui s’intitule Jill en ville et Ludo s’intéressera désormais aux phobies des gens, notamment à celle de Stephan Van Bellingen. Vous allez être surpris… !" (sourire)