Divers Les duos impossibles de Jérémy Ferrari, 4e édition, ont fait l’humour avec le public belge.

"Comme cette année le thème du gala était la perfection, j’ai donc décidé de faire tous les duos impossibles car ce n’était vraiment pas terrible les fois dernières ", balance d’emblée un Jérémy Ferrari moqueur, qui est arrivé sur la scène du Cirque Royal ce vendredi soir en mode Mission Impossible à la Tom Cruise depuis un câble attaché au plafond.

Celui que l’on surnomme la F1 du rire français - car il ose tout comme ce "cul-de-jatte antisémite habillé en Adolf Hitler" qu’il parodie sur scène- a installé son festival d’humour depuis 4 ans en Belgique. Trois ans à Louvain-la-Neuve avant, fort de son succès (preuve en était encore une file - dont les humoristes belges Kody, Pablo Andres et PE - interminable devant le Cirque Royal avant l’ouverture des portes au public), de le délocaliser à Bruxelles pour cette 4e édition. Une success story belge pour le français de 31 ans dont le gala sera retransmis fin de l’année sur C8 en France et Plug RTL en Belgique.

Sophie Pendeville, animatrice de De quoi je me mêle !, était d’ailleurs dans les coulisses pour la présentation future de l’événement sur la chaîne privée de notre plat pays. "J’ai de la famille en Belgique, j’y ai donc passé une partie de mon enfance", nous confiait celui qui est originaire de Charleville-Mézières et qui s’est associé depuis 5 ans avec la société de production noire, jaune et rouge Odlive. "Au-delà d’une administration belge qui est plus simple et plus rapide qu’en France et que votre pays est plus ouvert à accueillir des artistes, le public belge a toujours été très réactif sur mes spectacles (Hallelujah Bordel et Vends deux pièces à Beyrouth, Ndlr.). Avec ce festival, car on n’en a pas besoin pour gagner nos vies, j’avais envie de vous rendre ce que vous m’avez donné."


S mile and song ou rires et chansons ?

Pari réussi. Sur trois heures de show, la salle comble (plus de 1.500 personnes) riait aux éclats. Et pour cause. D’une présentation par l’une des révélations de Patrick Sébastien ("les deux nuls qui s’annulent de Cécile Giroux et Yann Stotz") au magicien Eric Antoine qui transforme un petit garçon en Guillaume Bats ("l’humoriste qui n’a pas de cou !") en passant par Maître Lolo Ferrari et Anthony Kavanagh qui défendent leur client d’avoir fait une partie de "tarte, teub et macaron", une Virginie Hocq déjantée en Blanche Neige ou le phénomène Ahmed Sylla dans un sketch sur la déradicalisation d’un jihadiste, il y en avait pour tous les goûts et les zygomatiques. Car qui dit Smile and Song Festival, dit rires mais aussi chansons. Mention spéciale aux Suédois de Blond and Blond and Blond et leur medley hilarant en hommage à la chanson française (entre Pandi Panda, un rap sur Je m’appelle Henri et leur tactique non pas du gendarme mais de… Juda).

"La Belgique est une belle tentative de concept, taquine Kyan Khojandi, le mec de Bref qui s’amuse à gifler Jérémy Ferrari sur scène. Smile and song, c’est juste rires et chansons traduits en anglais, tu n’as rien inventé en fait !" Ou encore quand l’humoriste africain Mamane le tacle de ne jamais jouer dans un pays en voie de développement. Ce dernier lui rétorque alors du tac o tac : "Tu rigoles ? Je fais mon festival en Belgique !"

En savoir plus

Vidéos sur dh.be et Le Smile and Song Festival se tient ce dimanche un peu partout à Bruxelles (avec les spectacles d’Alban Ivanov, Marc-Antoine Le Bret, Laura Laune, Guillaume Bats et le match d’impro de Virginie Hocq).

Infos et réservations : www.smileandsong.be ou via 070/660.601.