Divers La 3e saison se termine en apothéose pour le 16/20 de Radio Contact. Bilan avec David Antoine.

"J’ai toujours rêvé d’avoir une maison de vacances pour y inviter mes potes" , confie l’animateur de 16/20, aujourd’hui âgé de 35 ans. "C’était l’esprit de base de cette villa Radio Contact." Mais pourquoi Ibiza, alors ? "Car le nom se suffit déjà à lui-même. Pas besoin d’expliquer par mille phrases ce qu’il s’y passe. C’est la fête, le soleil, les vacances et le farniente" , poursuit celui qui a vécu une semaine au rythme des beats de DJ venus dans la villa - de Dimitri Vegas à Bob Sinclar en passant par Lost Frequencies, Henri Pfr ou encore Alex Germys (ils ont même dû refuser Martin Solveig à cause de la tempête qui s’est abattue le mercredi et a inondé la villa, provoquant une coupure de courant) mais aussi au rythme des criquets et cigales. "C’est aussi une île assez jolie et que les gens ont tendance à oublier. À 2 heures de vol, tu arrives dans un petit coin de paradis."

Après avoir déposé leurs valises durant 15 jours en 2016, l’équipe du 16/20 (David, Lucile et Nathan) a écourté d’une semaine cet été. "C’était un peu trop long mais on a réussi à instaurer une proximité avec les auditeurs. On parle beaucoup de continuité mais il faut s’imaginer que beaucoup de gens ne partent pas en vacances, faute de temps ou de moyens financiers. Du coup, on a décidé d’inviter un auditeur par jour durant 24 heures, ce qui permet de mettre un petit éclat de soleil dans leur vie et la grisaille belge."

Quel est votre bilan de la saison écoulée ?

"Cela fait trois saisons que nous sommes leader sur cette tranche horaire. On attend donc les prochains chiffres du CIM car, hormis les réseaux sociaux et le contact avec les gens, c’est le seul point de repère qu’on a pour s’améliorer ou corriger. Car il arrive qu’on se plante de temps en temps."

Comment rester au top non-stop ?

"Il ne faut pas avoir peur des idées qui passent par la tête. Pendant quelques années, même quand j’étais en télévision, j’avais des idées que je n’osais pas exprimer par peur d’être pris pour un con. Puis, quand on a commencé à bosser avec Lucile et Nathan, on a pris notre envol avec nos idées mises en application. On essaye, et au pire on se plante. Comme ce paquet de frites envoyé dans l’espace en avril 2016. Personne n’y croyait mais on l’a fait et on a marqué les esprits. Il est important de mettre nos valeurs en avant. On a toujours un peu peur mais c’est ce qui nous fait avancer et qui fait qu’on ne se repose pas sur nos acquis."

Déjà des idées pour la rentrée ?

"Les gens nous l’ont tellement demandé qu’on va refaire les sept boules de cristal. Les gens sortaient vraiment de chez eux pour aller les chercher, ils créaient des embouteillages à la citadelle de Namur, etc. Les flics nous ont même appelés pour évacuer le parc du Cinquantenaire ! Sinon, on envisage de faire un tour du monde aussi. Une émission dans plusieurs pays, sur tous les continents. Il y aura tout un parcours et dès que l’émission sera finie, on repart quelque part. En tout et pour tout, cela ferait 12 jours. Gros défi !

Quel est l’objectif final de cette émission qui est un peu devenue votre bébé finalement ?

"Je n’en sais rien pour l’instant. La télévision n’est en tout cas pas une finalité en soi vu les audiences qui périclitent. Ce n’est vraiment plus un objectif pour moi. En télé, si cela ne me correspond pas à 80 %, je ne le ferai pas. Je ne me reconnais plus dans ce média-là. Je me projette plus sur l’aspect digital à l’heure actuelle, je sens un potentiel. On a d’ailleurs tout capitalisé sur ma page (plus de 330.000 fans Facebook, NdlR) pour avoir une sorte de média à part entière. Je me laisse encore deux ans pour faire évoluer le 16/20. Mais je rêverais d’un bar 16/20, une sorte de studio ouvert où tout le monde peut venir nous voir. Car on est peut-être de plus en plus connecté mais de plus en plus isolé aussi."

© D.R.


Jérémy a passé 24 heures de folie à Ibiza

" J’ai été agréablement surpris par leur simplicité , confie ce gagnant d’un séjour de 24 heures dans la villa Radio Contact, au sujet de l’équipe du 16/20. Ils sont comme à la radio, c’était génial de pouvoir les côtoyer. Une ambiance excellente, j’avais l’impression de les connaître depuis 15 ans. Comme si l’on formait une famille."

Jérémy, couvreur du côté de Warsage, était conscient de "la chance inouïe" d’être là (3.000 participants par jour au concours et un doigt blessé la veille du départ qui lui a permis d’être en congé pour partir). 24 heures, c’est court mais ce fut intense , poursuit ce Liégeois de 23 ans qui s’est fait remarquer à l’antenne par son accent - très - prononcé. Je n’étais jamais venu à Ibiza et j’y ai fait de belles rencontres. C’était des petites vacances de 24 heures mais j’ai l’impression d’avoir passé une semaine, ici, tellement il s’est passé des trucs !"


Christopher Calice remplace Nathan Soret à la rentrée
© D.R.

On vous l’avait annoncé en primeur vendredi dernier et il l’a confirmé en direct depuis la villa d’Ibiza : Nathan Soret quitte le 16/20 de Radio Contact après trois saisons. "Je continue tout ce que je faisais à RTL-TVI (le défi de Nathan dans Tout s’explique , sa chronique high tech sur Mint, NdlR.) mais avec la radio en moins , nous confiait le jeune geek de 22 ans - qui s’est fait piquer par une méduse pour son dernier jour - et qui s’occupera notamment des conférences Young Change Maker à l’avenir. "Nathan a apporté énormément de choses et il m’a peut-être rajeuni un peu aussi, sourit David Antoine. Il fait partie de mes amis et je savais que cela arriverait à un moment. Mais on va continuer à travailler ensemble sur l’aspect digital, repenser le Facebook, par exemple."

Et selon nos informations, ce serait un autre jeune de la maison qui le remplacerait dès la rentrée, à savoir Christopher Calice. Ce Chimacien de 26 ans est bien connu des auditeurs de Radio Contact vu qu’il anime chaque soir entre 20 h et minuit une émission qui décortique tout ce qui s’est passé sur la Toile et les réseaux sociaux durant les dernières 24 heures. "Ce n’est pas quelqu’un qui va prendre la place de Nathan, mais exister autrement, souligne David Antoine au sujet du futur remplaçant potentiel. Il ne sera pas un vent de fraîcheur, mais il sèmera quelque chose de différent dans l’émission."