Divers La salle a un nouveau gestionnaire et rouvrira mi-septembre ou début octobre.

La saga du Cirque Royal est sur le point de prendre fin. En début d’année, la Ville de Bruxelles, propriétaire des lieux par l’entremise de sa régie foncière, avait lancé un appel à candidatures pour recruter un gestionnaire pour la salle.

Jeudi dernier, le collège des bourgmestre et échevins a validé la nomination de Denis Gérardy à ce poste. L’homme est tout sauf un inconnu dans le monde du divertissement, en particulier celui de la musique. Ancien agent d’artistes, il a été le directeur du BSF et son programmateur musical. Il signera d’ailleurs cette année encore, et pour la dernière fois, l’affiche du festival bruxellois.

Nommé à temps plein et à titre définitif gestionnaire du cirque - et non directeur, ce qui aurait nécessité des procédures plus lourdes -, Denis Gérardy a pris ses nouvelles fonctions dès lundi. Son arrivée était manifestement attendue puisque selon nos informations, de nombreux managers et tourneurs d’artistes se sont déjà manifestés auprès de lui pour bénéficier d’une date dans la salle dont les travaux de réfection sont sur le point de se terminer.

S’il est encore trop tôt pour avoir une idée de la programmation qui sera de mise dans le nouveau Cirque Royal, Denis Gérardy a laissé entendre qu’il tablait sur 100 à 140 spectacles et concerts par an, soit une occupation moyenne d’un jour sur deux, hors mois d’été. C’est déjà ce qui était de mise lorsque les lieux étaient exploités par le Botanique, avant que la Ville ne casse le contrat qui les liait.

La première occupation de la salle doit avoir lieu mi-septembre ou début octobre, selon nos informations. C’est une bonne nouvelle pour le public et les organisateurs de spectacles qui peinaient à trouver un lieu d’une capacité de 2.000 places dans la capitale. C’est aussi la fin d’un cauchemar pour les commerces du quartier qui souffraient de la fermeture inopinée du Cirque Royal depuis neuf mois.