Divers Et le petit pipi des éviers de cuisine

LONDRES Chaque équipe de Stomp comporte douze artistes et chaque spectacle, huit personnes sur scène. «C'est une performance très physique et, à chaque représentation, nous risquons une foulure, une entorse ou un autre type de blessure. Donc, il faut des artistes de réserve et, du coup, nous devons tous connaître notre numéro mais aussi le numéro des autres.»

Sont-ils des danseurs? Sont-ils des joueurs de percussions? Un peu des deux. Ou alors, tout autre chose. Par exemple, Guss, un Anglais de 24 ans, qui se produit dans le spectacle de Londres, n'était, avant d'être engagé ici, ni un musicien ni un danseur, mais un clown.

Quand on leur pose la question, ils répondent: «Ce serait une erreur de croire que nous sommes forcément de bons danseurs. Ce qui est certain, c'est que, pour faire ce spectacle, il faut avoir le sens du rythme. Mais aux auditions qui sont organisées lorsqu'il faut engager de nouveaux artistes, on vous demande moins d'être un grand danseur ou un grand percussionniste que d'être complètement fou. Le spectacle, tout le monde peut l'apprendre. C'est une chorégraphie assez établie, même si on y laisse une large plage pour l'improvisation. Mais ce qui fait notre particularité, c'est notre caractère, notre manière de nous adapter à ce spectacle. Il faut de l'humour. Que nous devons apporter. Et ça, ça ne s'apprend pas.»

Dans le spectacle, sur scène, le premier instrument utilisé est... un balai de cuisine. Qui sert, bien sûr, à brosser. Mais si vous le faites en cadence, en frappant avec la tranche, puis avec les poils et surtout avec beaucoup d'imagination, le balai se transforme magiquement en un instrument de musique. Et puis, si on en joue à deux, puis à trois, puis à quatre, qu'on fait tourbillonner son balai, tous ensemble, ou bien l'un après l'autre, cela crée une véritable chorégraphie. N'ayons pas peur des mots: cela devient le ballet des balais.

Des seaux, des poubelles en fer, des couvercles, des tuyaux, des journaux - enroulés ou ouverts - peuvent constituer d'autres instruments inattendus mais efficaces. Et même... les applaudissements du public, s'ils sont bien dirigés.

Parmi les scènes mémorables du spectacle de Stomp, il y a le coup des éviers. Quatre artistes arrivent harnachés d'une sangle qui soutient un véritable évier de cuisine. Il y a quatre seaux par terre. La bande des quatre fait son numéro de bruitages. Ils terminent face au public, au-dessus des quatre seaux. On enlève le bouchon. L'eau coule. Je vous laisse imaginer l'effet. Et tout le monde rit. C'est que l'humour fait partie intégrante de ce show.

Au Beurschouwburg d'Anvers du 14 au 16 février; à Forest National du 25 au 28 février. Réservations au 070/344 111.

© La Dernière Heure 2004