Divers Cette semaine DHNet a rencontré le constitutionaliste Marc Uyttendaele

BRUXELLES Passioné par le fédéralisme à la belge, ce Bruxellois occupe depuis longtemps les devants de la scène en matière d'interviews, dite de vulgarisation, pour permettre à nos pauvres compatriotes de suivre et de comprendre l'évolution de notre système politique. Maître Uyttendaele partage d'ailleurs l'affiche avec le Louvaniste Francis Delperée. Bien sûr, le crépitement récent des flashes nous ramène plutôt à l' affaire Pirson, à sa charge émotionelle ainsi que son issue. Avocat en vue, menant des combats sur plusieurs fronts, il a déjà défendu des grands noms: Spitaels, Doutrèwe, de La Brassine, ...
A la ville, il est également le mari de la socialiste et Ministre de l'emploi et du travail, Laurette Onkelinckx.

L'interview

DHNet: Quel est votre dernier coup de coeur spectacle ? Il s'agit du dernier film de Pedro Almodovar Hable con ella. La réalisation est très épurée par rapport à de précédentes oeuvres. C'est un superbe hommage à l'amour, l'amitié et la vie en quelque sorte. J'ai, je l'avoue, une préférence pour les films européens intimistes. Je reste fermé au grand spectacle américain même si je me laisse parfois tenter. J'admire aussi le travail de Sautet dont César et Rosalie avec Montand, Schneider et Frey est la plus belle musique de la vie. Le ton, la fine psychologie et les acteurs au sommet de leur art font de ce film une pièce maîtresse de la filmographie française.

DHNet: Quel est votre dernier coup de coeur littéraire ? Je lis un peu comme les rails des chemins de fer. Cela se recoupe et se chevauche souvent. Disons que je suis plongé, pour le moment, dans la période trouble de la seconde guerre mondiale. Une biographie de Pierre Léon sur Jean Moulin et un livre très humain de Laurent Joffrin, La princesse oubliée sont mes deux lectures actuelles. De plus, suite à certaines pressions de mon entourage proche, je me suis imposé la relecture de Madame Bovary de Gustave Flaubert et, je l'avoue, j'en tire une certaine jouissance.

DHNet: Quel est votre relation au WEB ? Je pourrais me limiter à dire que cet instrument traduit une évolution sociétale que je déteste, mais ce nouveau média est un recueil extraordinaire d'informations également. Ceci dit, vous ne m'aurez jamais sur le site d'un quotidien pour y lire les papiers. J'ai trop besoin de mon journal, du côté manuscrit et imprimé de la chose. C'est essentiel! Disons que j'entretiens des relations pratiques et professionnelles avec l'Internet mais certainement pas ludique...

DHNet: Vous préférez défendre une cause perdue, entendue ou noble? J'écarte d'emblée la cause entendue. Je dirais une cause perdue si elle est noble, c'est ce que l'on peut faire de mieux. J'adore mon métier car il est extrêment simple. La vie est productrice d'injustices qu'elles soient marginales, limitées, flagrantes ou partielles... Si vous couplez cela à la solitude des personnes, il faut un avocat pour relever la tête. Cela va peut-être passer pour de l'arrogance, mais c'est un métier où il faut une grande dose d'humanité et un caractère déterminé. Il faut toujours se mouvoir en contre-pouvoir, en contre-courant de la pensée du moment...

DHNet: Enfant, que rêviez-vous de faire plus tard ? Président de la république française ou remplacé Luc Varenne sur les antennes radios! Cela me vient d'une grande fascination pour les présidentielles françaises. Contrairement à aujourd'hui, dans les années soixante et septante la séparation entre la droite et la gauche était plus claire et chacun pouvait vraiment agir en parfaite adéquation avec ses convictions.

Luc Varenne, parce que j'ai passé pas mal de dimanches à la campagne durant mon enfance et ma seule distraction était d'écouter les reportages sportifs. Il faut savoir qu'à l'époque, la radio occupait une place autre qu'actuellement. Elle était au coeur de la vie des gens.

DHNet: Quelle saison préférez-vous et pourquoi ? Je ne vais pas être fort original en disant le printemps. Je m'adapte assez facilement aux différences de températures. Le début du printemps, avec les premières chaleurs, rend le monde plus agréable, plus doux et plus beaux. Les femmes ne sont jamais aussi belles qu'au début du printemps...




Fiche technique

Lieu, date de naissance, état civil: Marié, père de Julien (11 ans), né à Uccle le 02 janvier 1961

Profession: Avocat constitutionaliste

Etudes: Doctorat à l'Université Libre de Bruxelles

Dates-clés:

1978-83: Les années d'études à l'ULB.

1990: Doctorat sur le fédéralisme inachevé. Début comme professeur à l'ULB.

1991: Naissance de son fils Julien.

1999: Mariage avec la Ministre de l'emploi et du travail, Laurette Onkelinckx.