Divers Zoom sur le cochon nain du Vietnam, un animal de compagnie plutôt insolite


BRUXELLES Qui n'a jamais rêvé d'accueillir un porc sous son toit ? Oui mais encore faut-il se renseigner très sérieusement avant l'acquisition d'un cochon nain (du Vietnam), cet animal de compagnie insolite, propre, gentil et obéissant... pour autant qu'il ait été éduqué par des maîtres avertis. Craquant avec son petit groin, ses petites oreilles pointues et son ventre bedonnant, le cochon nain n'en est pas moins un animal à ne pas mettre entre toutes les mains.

Tout d'abord, rien à voir avec le cochon d'Inde. Le cochon nain est un cochon miniature, certes, mais il n'aura jamais la taille d'un caniche ! Mais plutôt celle d'un labrador. Quand sa croissance est achevée, vers l'âge de trois ans, il pèse entre 35 et 60 kg, jamais moins, pour 35 à 55 cm de haut. Des proportions tout de même bien réduites, comparées à celles d'un cochon de ferme, qui pèse environ 300 kg... Par ailleurs, le cochon nain, qui passe le tiers de son temps à fouiller le sol de son groin et à faire des trous, a un besoin vital d'un grand jardin doté d'un abri pour la nuit. S'il n'a pas suffisamment d'espace, il peut devenir agressif et s'en prendre à votre décoration, bref se révéler ingérable.

Cela dit, le cochon nain est attachant. George Clooney pourrait en témoigner, lui qui est resté inconsolable après la disparition de Max en décembre dernier. Son cochon vietnamien de 130 kg partageait sa vie depuis près de 18 ans. La plus longue histoire d'amour que l'acteur ait jamais connue ! Futé, le cochon nain répond à son nom, marche en laisse et obéit à de nombreux ordres. Mais son éducation s'avère bien spécifique : il faut, par exemple, le récompenser de ses bonnes actions, sans jamais le punir des mauvaises. Drôle et énergique, il a besoin de tendresse pour s'épanouir et ne tolère pas la solitude. Doté d'une très bonne mémoire, il angoisse facilement et n'oublie jamais une mauvaise expérience. Il faut donc ménager sa sensibilité... autant que sa susceptibilité. Car l'animal, qui a une vie sociale très hiérarchisée, tentera toujours de prendre le dessus en éprouvant votre autorité. Une vraie tête de cochon, quoi !

Il devra donc être éduqué avec calme et fermeté. Plus gourmand, on ne trouve pas ! Si on l'écoutait, le cochon mangerait toute la journée. Or, l'obésité met sa santé en péril. Et le sucre peut le rendre agressif. Il faut donc surveiller de près son alimentation. Ne pas lui donner les restes de vos repas, ni lui concocter de petits plats, à moins d'être un nutritionniste expérimenté. Quant aux aliments pour chats ou pour chiens, ils peuvent même s'avérer toxiques pour votre cochon, comme le chocolat ou le sel.

Mieux vaut lui donner des aliments spécialement conçus pour lui, à se procurer chez un distributeur spécialisé. En plus de ces granulés, votre cochon aimera déguster du foin, des légumes (2/3) et fruits frais (1/3) et, bien sûr, de l'eau ! Aucun autre aliment ne doit être donné à votre ami sous peine de voir sa santé se dégrader rapidement.

Loin des préjugés, les cochons nains sont plutôt propres. Ils ne sentent pas mauvais et comprennent très vite qu'ils doivent faire leurs besoins dans leur caisse ou à l'extérieur. Mais attention, votre cochon a besoin de soins spécifiques (parage des pieds, des défenses, stérilisation avant 6 mois, vaccins, vermifuges) et son hébergement nécessite qu'une pièce de la maison lui soit entièrement consacrée. Seul hic : leurs pellicules qu'ils sèment partout... ! Les cochons ont une peau sèche et fragile. Arbres, portes, poteaux et, mieux, les mains de leur maître, tout est bon pour se gratter.



© La Dernière Heure 2007