Divers Pascal Raynaud, fils de Fernand né à Bruxelles, édite un DVD de sketches inédits

BRUXELLES Saisissante! La ressemblance de Pascal Raynaud avec son pôpa Fernand, disparu bien trop tôt le 28 septembre 1973, est absolument saisissante! Mais ce n'est pas tout. Lorsque ce véhément quadra se met à évoquer son illustre paternel, on constate rapidement qu'il a aussi hérité de sa formidable force de conviction.
Un talent qui nous a donné envie, après coup, de visionner ce DVD montrant sous un jour inédit le plus grand comique de l'histoire du music-hall français. `Jusqu'à présent, explique Pascal, des sketches comme Le 22 à Asnières, Les croissants, Les oeufs cassés ou La bougie n'étaient connus du public que par le son. On peut désormais les retrouver en image puisqu'on les voit ici interprétés sur scène par un homme qui, de surcroît, pratiquait ce que plus aucun humoriste ne pratique: le mime. Actuellement, il n'y a peut-être que Chevallier et Laspalès qui s'approchent légèrement de l'esprit de mon père mais, contrairement à lui, ils ont beaucoup de mal, dans le même spectacle et durant trois heures, à changer de personnage à la vitesse grand v...´`Pour être franc, je dois dire qu'aucun humoriste d'aujourd'hui n'est de sa trempe, et puis de toute façon si l'un ou l'autre s'en était inspiré, ils se garderaient bien de l'avouer. Les nouveaux comiques voudraient faire croire que ce qui se faisait avant eux n'était pas bon. Quant à la télé française, qui a énormément changé, c'est toujours avec un mépris certain qu'elle m'a accueilli quand je l'ai sollicitée pour reparler de Fernand Raynaud. Arthur, Sébastien et Drucker en premier lieu!´ On ignore si ceci a à voir avec cela mais, de son vivant, Raynaud senior ne passait pas vraiment pour un facile. Ce que Raynaud junior ne nie toujours pas. `Il est vrai qu'il était exigeant et colérique mais ses coups de sang retombaient vite. Comme disait Jean Nohain, il était très soupe au lait. A côté de ça, quand il faisait un cadeau, on s'en souvenait, et des montres en or, il en a refilé à plus d'un. Sans compter qu'il lui est arrivé d'aider financièrement des gens comme Jacques Martin, mais attention, sans la moindre ostentation, en glissant discrètement des billets dans la poche de sa veste. J'ajouterais qu'il donnait souvent des galas gratuits pour les jeunes non-voyants - Gilbert Montagné me l'a confirmé il y a quelques années - et pour les personnes âgées. C'est d'ailleurs en allant à l'un de ces rendez-vous, à Clermont-Ferrand, qu'il s'est tué. Il était en retard et sa Rolls ne tenait pas la route.´

Le sens de la famille

Pascal la Flamme garde enfin le souvenir d'un père plutôt présent. `Comme tous les gens ayant connu la guerre et un début de carrière précaire, Fernand avait le sens des valeurs et de la famille. Et donc, même si ce n'était pas raisonnable, il tenait, après chaque spectacle, à avaler 300 kilomètres et à rentrer auprès des siens. Claude François fonctionnait de la même manière. Nous trouvions néanmoins que nous ne le voyions pas assez, et je me rappelle que ma soeur et moi avions supplié notre mère, alors chanteuse de cabaret et comédienne de théâtre, de stopper ses activités. Pour être sûr que quelqu'un, au moins, s'occupe correctement de nous! (rire) Blague à part, ce que je retiens surtout de mon père, c'est qu'il me parlait comme à un adulte, alors que je n'avais que 15 ans lorsqu'il nous a quittés.´

S'il se plaît désormais là où il vit (sur la Côte d'Azur avec sa maman), Pascal n'en revient pas moins en Belgique avec une joie particulière. `Car je suis né à Bruxelles! A l'époque, ma mère suivait mon père dans tous ses déplacements et, alors que ce n'était pas du tout prévu, elle a été contrainte d'accoucher ici. La preuve que les légendes sur les médecins belges sont complètement bidon!´

L'extraordinaire Fernand Raynaud sur scène (DVD Vidéo)