Divers La 5e édition de L’intime festival se déroulera du 25 au 27 août au Théâtre de Namur.

Sur une idée de son directeur artistique Benoît Poelvoorde, l’Intime festival entame déjà sa 5 e édition. De retour cette année, l’acteur revient plus présent que jamais. " L’an passé, je m’étais retiré, je m’étais fait discret, car j’avais un trop-plein et je n’étais plus capable de m’investir et d’être présent pour le festival que j’avais donc laissé aux mains de Chloé, de Sylvie et du public bien sûr" , explique-t-il.

L’acteur n’avait pas pour autant délaissé son implication dans la programmation, mais avait brillé par son absence.

Nouvelle année et nouvelles résolutions avec la volonté d’abord de rendre le festival le " moins déprimant" possible. " C’était un reproche que l’on avait déjà entendu plusieurs fois, comme quoi les thèmes étaient quand même déprimants", explique-t-il. " Même s’il faut rester réaliste en constatant qu’aujourd’hui c’est la tragédie qui domine. "

L’année 2017 signe avec une programmation toujours aussi éclectique où se mélange cinéma, débat, photographie, musique, arts plastiques et autres, le tout avec pour point commun la littérature. Pas de coup de cœur en particulier, mais bien " un coup de cœur général pour tous les artistes qui seront présents puisque nous les avons choisis".

Parmi les choix, on soulignera la présence de Philippe Katerine, dont la réputation n’est plus à faire. " Tout ce qu’il fait est génial, d’ailleurs, rien que le voir marcher, c’est déjà une œuvre d’art ", s’amuse Benoît.

Côté cinéma, la carte blanche est offerte au duo de réalisateurs français Nicolas et Bruno, mais est déconseillée aux moins de 18 ans. " Ils sont géniaux, c’est avec beaucoup d’humour qu’il propose une réécriture de 2.500 films X datant des années 74 à 95, où plusieurs séquences mises bout à bout et nouvellement doublées donnent un film totalement barge. "

Quant à la question de savoir si Benoît réitérera sa participation à une lecture comme il l’avait fait lors de la 1re édition, la réponse est catégorique, " c’était un désastre, je ne recommencerai plus jamais ", a-t-il avoué. " Me retrouver devant 800 personnes, face à une salle silencieuse tout le long de la lecture, c’était atroce et c’est un exercice qui n’est pas fait pour moi. D’ailleurs, je pense qu’à l’époque le public l’a bien compris."

Réservations : 081.226.026. http://www.intime-festival.be/