Divers Joyeux spectacle multidisciplinaire pour la fin de l'année au Cirque Royal: Mayumana

BRUXELLES Prenez des seaux sur lesquels s'asseoir et frapper avec des baguettes, des bassines d'eau, des boîtes en fer, des palmes aux pieds et aux mains en guise de claquettes et castagnettes, des barrières, des tonneaux, des danses orientales, de la capoeira, du flamenco, des sons étranges... Ajoutez une bonne douche d'humour déjanté, d'énergie et de joie pétillante. Laissez macérer deux ans, et vous obtiendrez Mayumana (qui vient de meyumanut signifiant habileté en hébreu), un spectacle créé à Tel Aviv voici six ans et qui a fait plusieurs fois le tour du monde.

«Deux distributions de dix personnes tournent actuellement avec ce show familial, et deux autres avec une comédie musicale pour les enfants», raconte Boaz Berman, cofondateur de Mayumana, percussionniste, ancien boxeur, grand surfeur et plongeur sous-marin devant l'Eternel. «Les artistes viennent de 19 pays différents. On a commencé à jouer à Tel Aviv, après avoir répété pendant deux ans. Nous avons auditionné 700 candidats avant de trouver les sept premiers membres de l'aventure. Ensuite, quand nous avons commencé à voyager, nous avons organisé des castings partout où nous sommes passés: Afrique, Los Angeles, Suisse, Grande-Bretagne, Argentine, Mexique... Entre nous, nous parlons anglais. Chaque représentation est unique car chacun a des compétences très variées qui se traduisent par des solos. Et puis, le spectacle évolue sans cesse. Il n'est pas nécessaire d'être danseur ou percussionniste pour entrer dans la troupe. Ces disciplines s'apprennent. Etre drôle, cela ne s'apprend pas...», poursuit la cofondatrice Eylon Nuphar, sportive reconvertie aux percussions et à la danse.

Si le concept évoque un show comme Stomp, également basé sur le rythme (percus sur des poubelles...), Mayumana semble plus multiculturel et fantaisiste. «Notre formation est musicale mais nous avons voulu mettre tout ce que nous aimons dans ce spectacle, pour faire passer de la joie, de l'énergie: l'océan, ses bruits, la plongée, le surf... Avec l'idée que chacun doit tenter de réaliser son rêve. Puisqu'on a commencé à jouer avec deux projecteurs, sans argent ni notoriété. On a grandi petit à petit. Aujourd'hui, nous avons notre propre théâtre en Israël», commente le duo haut en couleur, qui planche sur une nouvelle création basée sur les... contre-temps!

Mayumana a déjà fait escale à Anvers, Gand et Hasselt en 2003. Il sera présenté pour la première fois à Bruxelles en cette fin d'année.

Du 22/12 au 9/1 à 16 h 30 et 19 h au Cirque Royal. Infos et rés. (de 32 à 42€): 070/223.197, 02/218.20.15, 02/218.37.32, 0900/00.600.

© La Dernière Heure 2004