Divers Bras droit levé, regard sombre, titre sans équivoque (" Sein Kampf", "son combat" en VF, et référence évidente au livre empli de haine écrit par Adolf Hitler dans les années 1920), Donald Trump apparaît ni plus, ni moins sous les traits d'un nazi sur la dernière couverture du magazine "Stern".


Un magazine allemand (le choix éditorial n'en est que plus fort) qui prend position après la mollesse de la réaction du président américain suite aux violences survenues à Charlottesville. 

Cette petite ville de Virginie s'est retrouvée au centre de l'actualité durant quelques jours, à cause d'un rassemblement de néo-nazis, de membres du Ku Klux Klan et suprémacistes blancs, qui a donné lieu à des graves affrontements entre les premiers nommés et des militants anti-racistes. Avec en "point d'orgue" un attentat visant les contre-manifestants. Une attaque au lourd bilan: de nombreux blessés et un décès, celui d'Heather Heyer, 32 ans, renversée par une voiture conduite par un grand fan du dictateur allemand.

Plutôt que de condamner directement les suprémacistes blancs, M. Trump avait d'abord temporisé avant de renvoyer les deux camps dos à dos, provoquant une consternation quasi générale. C'est sans doute ce dernier fait d'armes qui pousse aujourd'hui les journalistes allemands à jouer la carte de la provoc' avec cette Une choc. "Néo-nazis, Ku Klux Klan, racisme: voici comment Donald Trump attise la haine en Amérique", peut-on lire sous le titre.

Récemment, le président des États-Unis avait été taclé par le Spiegel (autre publication allemande) et le New Yorker, qui avaient pointé les accointances entre le "leader du monde libre" et le KKK.