Divers

Les Enfoirés 2007, qui seront ce soir à 20 h 50 sur TF1, ont enregistré leur spectacle au Zénith de Nantes. Nous y étions

Envoyée spéciale en France Déborah Laurent

NANTES C'était le dimanche 28 janvier dernier. Les Enfoirés 2007 se préparaient à monter dans leur Caravane pour l'avant-dernière fois. Leur tournée (7 représentations en 6 jours au Zénith de Nantes) prenait en effet fin le lendemain. L'effervescence était à son comble, le décor installé et le public en grande forme lorsque les lumières s'éteignirent, à 20 h précises. Sur l'écran géant, le visage de Coluche et, dans les baffles, l'hymne des Restos, repris en choeur immédiatement par le Zénith. Après une demi-heure d'images souvenirs (ah, le duo entre Johnny et Lara Fabian sur Requiem pour un fou en 1998, ah le duo entre Céline Dion et Maurane sur Quand on n'a que l'amour en 1996...), les premières notes de Est-ce que tu me suis ? s'élèvent tandis que la Caravane, réunissant les 31 artistes du jour (certains, pour des raisons d'agenda, ne peuvent pas être présents tous les soirs), s'avance dans le public.

Muriel Robin, animatrice, comme chaque année, mais cette fois sans Mimie (opérée d'une hernie discale), annonce ensuite la couleur : "Chaque année, on prend les mêmes : les artistes, vous, et on recommence. C'est un rendez-vous d'amour. Et si ça vous convient, c'est un rendez-vous qui va pétarader ! Bienvenue dans la Caravane des Enfoirés." Elle explique alors les nombreux changements de décors à venir. "On compte sur vous pour chanter pendant ce temps-là, amusez-vous." Elle entraîne le public à faire une ola. Se marre : "Vous pouvez me faire la même avec les pieds ?". Derrière elle, Jean-Baptiste Maunier, Jenifer, Patricia Kaas ou encore Michael Jones, morts-vivants plus vrais que nature, s'installent dans le cimetière. C'est un mélange de Thriller et de Mourir demain que les Enfoirés nous ont concocté. Le premier medley de la soirée est ensuite lancé. Le thème ? Les animaux. Voir Goldman déguisé en chat, Cabrel en lion ou encore Nolwenn en mouche vaut son pesant de cacahuètes.

Muriel Robin, après nous avoir rassurés sur l'absence de Mimie Mathy ("Non, elle n'a pas pris la grosse tête à cause de son album"), se lance dans la foule, à plat ventre. "J'ai vu faire ça souvent dans des concerts, j'en ai toujours rêvé", dit-elle, une fois de retour sur scène, après avoir vérifié, le regard baissé vers son décolleté, que "tout est bien en place". Elle fait rapidement un deuxième essai pour enfin laisser la place au saloon des Enfoirés. Nolwenn et Goldman s'emparent de leurs violons tandis que Lorie nous fait un petit coup de french cancan.

Vient alors l'élection de Miss Restos. Dans le jury : Gérard Darmon, Patrick Bruel, David Hallyday. À la présentation : Pierre Plamade. Les Miss : Jenifer, Liane Foly, Zazie, Claire Keim, Karen Mulder. Un moment rigolo, vite zappé pour un autre, plein d'émotion : la reprise de Si seulement je pouvais lui manquer par Amel Bent, Raphaël, Cabrel, Goldman.

À notre gauche, une poignée d'artistes, en kimono et bandana sur la tête, attendent avant d'entrer en scène. Lââm se penche par-dessus la rambarde, sourit aux appareils photo de ses fans et discute avec Garou. Bruel, qui a eu tout juste le temps de changer de costume, arrive en retard, tout sourire et, enfin, la musique d'Être à la hauteur emplit la salle. Un morceau de la scène s'élève alors et emmène une partie de la troupe sur le pont, qui traverse le décor. Plus tard, on aura droit encore à de l'émotion avec Everything I do (Tina Arena, Hélène Ségara, Amel Bent, David Hallyday), à une folle ambiance sur Rodéo (Bruel, Garou, Aubert), à une bonne tranche de rigolade avec le Jeu des Enfoirés et Claire Keim dans le rôle de la potiche ou encore à quelques blagues de mauvais goût (Palmade qui dit à Darmon : "Pousse-toi, je ne vais quand même pas te dégager au Kärcher").

On ne vous en dira pas plus sur les chansons, histoire que vous puissiez garder un minimum de surprises, ce soir. Sachez seulement que ces 3 h 30 d'enregistrement se sont clôturées sur le titre Aimer à perdre la raison, le premier single issu du CD qui sortira demain. La troupe a eu du mal, ce dimanche-là, à quitter la scène. Malgré la longueur du spectacle et l'énergie dépensée, Darmon et Garou semblaient en redemander. Au milieu des paillettes, balancées par les canons installés de part et d'autre de la scène lors de l'hymne des Enfoirés, les deux compères continuèrent à mettre l'ambiance. Les lumières étaient rallumées, le sourire de Coluche avait déjà disparu de l'écran mais qu'importe, le plaisir était toujours là. Sur scène et dans le public !



© La Dernière Heure 2007