Divers

Le festival de l'humour connaîtra sa deuxième édition du 12 au 15 septembre. Au casting : Patrick Sébastien, Chantal Ladesou, Michel Boujenah, Jean-Marie Bigard, Roland Magdane...

A l'initiative de Gérard Pullicino, grand réalisateur de télévision et investi dans cette commune du Brabant wallon, la première édition du Waterlol, un festival d'humour, a connu un tel succès que la deuxième édition va encore frapper plus fort. Avec quelques nouveautés et une affiche qui arrache.

Il faut bien avouer que l'idée avait un côté surréaliste : imaginer et mettre sur pied un festival d'humour dans une commune où, jusqu'à présent, seules les commémorations de la bataille de Waterloo en 1815 venaient troubler la sérénité des habitants. Pourtant, le Waterlol est une riche idée. Pas forcément pour ces organisateurs mais bien pour les spectateurs.

« Je suis ravi de la première édition », affirme son maitre d'oeuvre Gérard Pullicino. « Plus de 7.000 spectateurs se sont déplacés aux deux endroits (le chapiteau géant installé sur un parking et la salle Jules Bastin). Le bouche-à-oreille a parfaitement fonctionné, tous les artistes présents étaient heureux d'être venus. Bref, même si je savais que la première année était un vrai test et qu'elle serait inévitablement à perte, nous sommes repartis pour une deuxième édition. Notre objectif : mieux et plus. »

Mieux, c'est une question de goût et de couleurs mais la volonté est clairement de pérenniser l'événement en amenant à Waterloo de véritables têtes d'affiche de l'humour francophone. Comme vous le lirez ci-contre, entre Patrick Sébastien, Michel Boujenah, Jean-Marie Bigard ou encore Chantal Ladesou pour ne citer qu'eux, il y en aura pour tout le monde. Avec également la part belle à des humoristes qui ne remplissent pas (encore) de grandes salles. Les Belges Renaud Rutten et Guillermo Guiz auront aussi voix au chapitre.

Mieux, c'est aussi des changements ou plutôt des améliorations. La première, et elle est de taille, les dates. Fini le dimanche (d'autant que celui-ci est consacré à la journée bruxelloise sans voitures).

« Nous allons effectivement débuter le mercredi 12 septembre pour terminer le samedi 15 septembre. »

Mieux, c'est aussi plus de facilité. L'an dernier, il fallait acheter spectacle par spectacle.

« Cette fois, nous allons mettre en place un système de pass qui vous permettra d'acquérir des laisser-passer pour deux, trois ou quatre jours. Dans le même ordre d'idées, ce festival se veut festif et doit permettre à Waterloo de vivre l'événement et de se faire plaisir. C'est la raison pour laquelle nous allons agrandir le village du Waterlol avec de nombreuses animations. »

Malgré des appels du pied d'autres communes (il ne les citeras pas), Gérard Pullicino tenait particulièrement à rester à Waterloo. Histoire de perpétuer son slogan « faites l'humour pas la guerre » en référence en forme de clin d'oiel au sempiternel hommage à 1815.

Aujourd'hui, après le succès de 2017, les portes s'ouvrent. Des sponsors ont rejoint l'aventure et les médias sont interpellés. Déjà présente l'an dernier, la radio Bel RTL sera de la partie mais aussi sa grande soeur télévisée RTL-TVI.

« En effet, ils ont accepté de tourner un documentaire inside sur les coulisses du festival. Les humoristes ont choisi de jouer le jeu, on montrera également les petites ficelles mais aussi la commune de Waterloo. La diffusion est prévue en prime time. »

La preuve que ce jeune festival prend de la bouteille, a gagné en crédibilité et que l'on peut faire les choses sérieusement, même pour de l'humour, mais sans se prendre au sérieux.