Jeux vidéo

Sony a toujours possédé des licences phares pour agrémenter ses consoles. La mythique (et mythologique) série des God of War représente parfaitement ces jeux exclusifs. La première ère des aventures vengeresses du spartiate Kratos s’est achevée en 2013 sur Playstation 3 et bouclait un cycle brutal mené contre les divinités de la Grèce antique. Cinq ans plus tard, sur Playstation 4, une nouvelle épopée débute plus au nord… mais toujours avec un anti-héro couvert de cendres!

Il était une fois à Midgard

L’introduction d’une nouvelle mythologie nordique, en vogue, mais pourtant méconnue, permet de repartir sur une carte blanche. Car à part quelques références et le personnage de Kratos, tout est désormais différent tant au niveau de la trame que des mécanismes de jeu. Kratos a maîtrisé en partie sa colère (suite à sa vendetta contre Zeus) et se retrouve à nouveau veuf quand Faye, sa seconde femme, décède en lui laissant la responsabilité d’un fils.

Atreus marque une énorme nouveauté puisqu’il vous aidera à déchiffrer les runes et le folklore local, tout en détournant l’attention des ennemis ou en maniant son arc. Plus qu’un prétexte énervant (comme dans le dernier Bioshock), Atreus permet de construire une histoire (l’objectif principal reste d’amener les cendres de sa mère au sommet d’une montagne lors d’un voyage initiatique) tout en renforçant la personnalité de Kratos. Car il vous faudra découvrir d’où il vient, les raisons de sa force surhumaine et pourquoi de mystérieux ennemis semblent le poursuivre…

La poésie des scaldes

Souvent imaginés comme des barbares sanguinaires, les Vikings furent pourtant les premiers Européens à coloniser l’Amérique, commercer en Russie ou en Arabie, maîtriser la poésie ou tenir des assemblées parlementaires. God of War rend un vibrant hommage à cette culture encore présente dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne, du troll d’internet aux fameux nains forgerons entrés dans la culture populaire.

Le studio Santa Monica a réalisé un travail d’orfèvre concernant la direction artistique de son jeu. Plus cinématique et scénarisée, l’aventure offre des paysages sublimes accompagnés de musiques discrètes, mais puissantes. Les recherches effectuées pour créer les décors, les costumes ou les monstres rendent hommage au genre, tout en évitant le simple copié-collé du Seigneur des anneaux ou de Skyrim. Tout est réellement parfait et nous ne pouvons que vous conseiller d’en profiter en haute-définition avec un ensemble de baffles.

La finesse des elfes et l’artisanat des nains

Ce quatrième opus des God of War marque également un énorme changement au niveau du gameplay. Kratos ne possède plus ses fameuses chaînes mortelles, mais une hache magique appelée Léviathan (même si boomerang de glace pourrait suffire). Plus subtil et peut-être déroutant au début, le style du jeu force à profiter des attaques à distance pour affaiblir les ennemis, avant d’aborder le combat en usant d’esquives et de tactique. Lancer la hache permet de geler un ennemi, Atreus peut également décontenancer une grande menace, l’environnement joue un rôle dans l’élaboration du combat et vous ne pourrez vous passer des esquives et blocages.

L’exploration devient également primordiale avec de nombreuses cachettes, trésors et coffres à ouvrir (sans délicatesse). Certains éléments, comme des pommes d’or, permettent de rendre Kratos plus fort, mais le butin de guerre viking (un mélange de métal) sert de monnaie pour débloquer des compétences ou améliorer son matériel. Un passage chez le marchand nain permettra de compléter la boucle avec un système de runes que les fans de Diablo connaissent bien. Le jeu regorge d’éléments pour affiner cette implantation d’éléments propres au jeu de rôle.

Une saga à se réapproprier

Même si les changements effectués pourraient froisser certains fans, God of War passe son passage dans une nouvelle ère avec brio. Irréprochable au niveau artistique, technique et scénaristique, ce jeu prouve que Sony peut insuffler une nouvelle vie à une série débutée en 2005. Une connaissance de la mythologie nordique vous aidera à profiter au maximum de l’histoire, mais le jeu se révèle suffisamment complet que pour vous guider avec légèreté.

Sans aucun doute l’une des meilleures sorties de l’année, tout simplement!