Jeux vidéo Il aura fallu attendre 2 ans pour voir émerger ce nouvel Assassin's Creed. Sentant la licence perdre en qualité et en engouement, Ubisoft a décidé de tout reprendre à zéro pour proposer un jeu totalement renouvelé tant du point du vue du gameplay que du scénario. Un processus payant pour l'éditeur français qui nous livre ici un jeu magnifiquement abouti, très bien repensé et indispensable dans la collection de tout gamer.

Par où commencer pour décortiquer ce nouvel Assassin's Creed ? Question bien difficile tant la dose de nouveautés, d'améliorations et de points positifs est élevée. Du gameplay en combat totalement revisité à l’infiltration légèrement améliorée, des graphismes époustouflants au contenu impressionnant, Assassin's Creed Origins a de très beaux arguments à faire valoir. Et peu de points faibles ! 

Commençons par introduire l'histoire de ce nouvel opus, axée sur Bayek, un medjay de l'Egypte antique (le scénario se déroule à la fin de la grande période faste de l'Egypte antique). Mû par une vengeance personnelle, le jeune homme entame une lutte sans merci contre une confrérie secrète baptisée l'Ordre des Anciens. Au cours de son périple, il rencontrera notamment des personnages historiques influents de cette époque.

© Ubisoft


Car l'aspect historique est une nouvelle fois, si pas plus que jamais, extrêmement travaillé dans ce dernier opus. Véritable marque de la franchise, la véracité historique a été poussée jusque dans les moindres détails, comme en témoignent notamment l'usage de mots égyptiens dans les dialogues du jeu, la variété d'habits portés par les PNJ ou encore le mode Discovery, qui arrivera en janvier et qui permettra aux possesseurs du jeu de découvrir l'Egypte antique comme si il y étaient, sans ennemis ou quêtes. 

Les quêtes sont d'ailleurs une des nouveauté du jeu. Adieu aux missions répétitives et sans lien avec l'intrigue et bienvenue aux quêtes scénarisées, diversifiées et souvent liées aux événements vécus par le héros. Ce nouveau système de quêtes combiné à un arbre de compétences gigantesque et à des armes améliorables aux caractéristiques différentes, le jeu se rapproche irrémédiablement d'un RPG sans pour autant tomber dans les codes du genre et oublier son côté aventure-infiltration qui avait fait son succès. 

© Ubisoft


Et des armes on en vient évidemment à parler gameplay et plus précisément système de combat. Le jeu fait une croix sur son système souvent décrié par le passé et basé sur le combo parade-contre, où chaque ennemi attendait son tour pour vous attaquer, et passe à un système bien plus technique et complexe. Le joueur peut à présent esquiver, effectuer une parade, contrer, attaquer à coup d'attaques légères ou puissantes qui ont chacune leur effet. L'arsenal s'en voit donc également agrandi avec la présence de lances, épées, double épées, haches, massues, arcs à flèches et autres arcs de précision, bref, un ensemble aussi large que diversifié qu'il faudra améliorer au fur et à mesure de la progression dans le jeu.

Techniquement enfin, cet Assassin's Creed Origins excelle puisque tant sur PS4 que sur Xbox One, le jeu est magnifique. Et dès qu'on bascule sur PS4 Pro ou Xbox One X, c'est encore plus marquant tant les graphismes en 4K sont resplendissants de vie, dans des environnements variés extrêmement bien travaillés où chaque objet, chaque lieu, chaque PNJ est à sa place et a un objectif. Bref, l'un des plus beaux jeux de cette génération de console, jusqu'ici bien sûr. Evidemment, un tel monde ouvert avec de tels graphismes entraînera, de temps à autres, quelques ralentissements mal venus, surtout sur PS4 et Xbox One. Rien de bien pénalisant mais ces petits ralentissements associés à de légers bugs graphiques s'avéreront parfois énervants, surtout lors de phases d'action intensive.

© Ubisoft


En bref, Assassin's Creed Origins nous a séduit. Tant par son contenu gigantesque (comptez au moins soixante heures de jeu pour arriver au bout du titre) que par ses belles nouveautés et son scénario prenant, ce nouvel opus redonne un véritable coup de boost à la série et se place comme l'un des meilleurs titres de la série, aux côtés des inoubliables Assassin's Creed II et Black Flag.