Jeux vidéo Après avoir connu plus ou moins de réussite avec les conflits futuristes, la licence Call Of Duty revient aux sources et nous propose de nous plonger dans la Seconde Guerre mondiale. Pari gagnant ?

Adieu exosquelettes, terminé les univers futuristes, fini les doubles sauts ou les courses sur les murs, oublié les robots et gadgets en tout genre, la plus célèbre licence du FPS militaire pose ses valises pendant l’une des périodes les plus sombres de l’histoire de l’humanité. Une époque qui fit aussi rimer terreur avec camaraderie et horreur avec bravoure. Et dans la campagne solo, nous suivons exactement ce schéma avec l’histoire du soldat Ronald Daniels alias Red qui a quitté son Texas natal et sa ferme pour s’engager sur le front français. Avec son coéquipier et ami, Première Classe Robert Zussman, on parcourt la France du Débarquement, des plages normandes jusqu’à la Bataille des Ardennes, en passant par la Libération de Paris. C’est à la fois varié, intense, mais surtout d’une violence extrême. Rien n’est épargné aux joueurs ou presque… Le conflit a beau être horrible, il n’en reste pas moins chargé en émotions fortes. Au total, cette campagne solo propose 11 chapitres inoubliables desquels il est difficile de sortir indemne, mais qui font de ce nouveau Call Of Duty un grand cru. Nous entrons dans la peau de divers corps armés ayant servi durant la Seconde Guerre mondiale : du tankiste à l’aviateur en passant par la Résistance.

L’immersion est donc totale dans ce Call of Duty : WWII, grâce notamment au retour de la barre de vie ! Cette petite jauge qui indique au joueur combien il lui reste de santé et qui avait la fâcheuse tendance à se régénérer toute seule dans les précédents opus. Il vous faudra maintenant vous soigner à la dure en trouvant un medikit ou en faisant appel au toubib de l’escouade. Une transition loin d’être anecdotique et qui donne au gameplay une orientation un peu différente. Alors bien sûr, l’objectif principal c’est de dégommer le plus de nazis possible, mais cette fois vous bénéficiez d’une liberté de mouvement plus réaliste et donc plus réduite. Et si vous ne trouvez pas votre bonheur dans les 7 - 8 heures d’action que propose la campagne solo, il reste évidemment le mode multijoueurs. Ça reste très traditionnel de ce côté avec des modes que les joueurs connaissent par cœur, mais heureusement quelques nouveautés viennent agrémenter vos parties avec notamment l’avènement de votre QG, point de ralliement de vos parties vous permettant de collecter vos ordres de mission ou de rencontrer d’autres joueurs. Mention spéciale aussi au mode Guerre qui met en scène un objectif commun à attaquer ou à défendre jouant ainsi sur l’aspect coopératif plutôt que sur l’aspect compétitif. Et que serait un Call of Duty sans son mode Zombie ou plutôt son mode Nazi Zombie, une aventure toujours aussi glauque et stressante consistant à repousser des vagues d’ennemis de plus en plus puissants et à résoudre des énigmes de plus en plus complexes.

Call Of Duty : WWII est une belle réussite. Son contenu est de bonne facture même si le multi reste encore trop traditionnel à nos yeux. La licence est sur la bonne voie pour reconquérir le cœur de ses fans, reste à voir si la tendance se confirme… l’année prochaine.