Jeux vidéo

Final Fantasy XV est de retour dans une version de poche… sur console de salon.

Cette itération de poche, déjà disponible depuis plusieurs mois sur iOS et Android et divisée en chapitres payants, débarque dans une version intégrale sur console de salon ainsi que sur Switch. Si cette adaptation des aventures de Noctis sur PS4 et Xbox One peut sembler douteuse, gageons que celle-ci prend tout son sens sur Switch. Une fois cette donnée évacuée, chargeons-nous d’aborder le contenu du jeu.

Un des défauts que nous retrouvions dans l’édition standard de FF XV concernait le scénario. En effet, l’histoire trouvait rarement la puissance émotionnelle nécessaire pour happer le joueur dans l’initiation du jeune roi en devenir. Longueur scénaristique inutile, événements inexpliqués dans la trame, la quête de Noctis et de ses amis se perdait souvent en cours de route. Reconnaissons que sur ce point, l’édition Pocket permet de resserrer l’histoire dans une linéarité bienvenue. Si cela ne retire en rien les différents problèmes d’écriture de l’histoire, vivre les événements avec rapidité est bien plus efficace.

La linéarité au détriment du monde ouvert

Au revoir le monde ouvert, bonjour les niveaux cloisonnés. Avant de se lancer, autant être bien au fait de ce qui s’avère être une limitation. Impossible de gambader dans l’intérieur des terres et de se perdre dans les sentiers de cet open world. À la place, les niveaux prennent la forme de chemins à intersections menant finalement au même endroit. Quant aux balades en voiture, elles servent uniquement à écouter les discussions entre les personnages. L’échange vocal terminé, un chargement s’occupera immédiatement de vous conduire à la suite des événements.

© D.R.

Des animations limitées et un système de combat inchangé

Une des déceptions sur ce portage s’avère être l’inexistence des animations faciales. La conséquence évidente à cette absence est l’impact direct sur l’empathie à l’égard des protagonistes. Les doublages français ou japonais présents dans le jeu ne sauveront pas la mise, même si cette disponibilité reste louable.

Le système de combat est calqué trait pour trait sur l’édition originale. Nous retrouvons rapidement nos marques et la possibilité d’alterner entre nos différentes armes pour créer des combos permet de conserver le plaisir original. L’aspect brouillon de ces derniers est inchangé, il est malgré tout possible de s’y accoutumer suffisamment vite pour outrepasser ce problème.

© D.R.

L’aventure est uniquement jouable à la manette classique. Signalons que les contrôles sont tout d’abord pensés pour le tactile : cette fonctionnalité inexistante sur PS4, Xbox One ou même sur Switch se remarque à plusieurs moments.

Une chouette expérience dispensable

Si Final Fantasy XV n’est pas une première pour vous, alors cette édition de poche ne présente aucun réel attrait. Au contraire, si vous n’avez malheureusement pas eu l’opportunité de jouer à la version originale, ou que le temps vous manque pour vous plonger dans un open world, cette pocket edition est une alternative envisageable. La version testée sur PS4 présente quelques chutes de framerate non contraignantes. Cependant, la version Switch qui semblait être le plus à même de séduire un nouveau public souffre d’une très mauvaise optimisation empêchant de profiter des combats.