Jeux vidéo

Chaque année, le monde du jeu vidéo se retrouve à Cologne pour assister à la Gamescom. Au programme des animations et la possibilité de jouer à des jeux qui ne sortiront pas avant plusieurs mois pour la plupart. Pour les professionnels, c’est aussi l’occasion de se rencontrer, d’échanger et de nouer parfois de juteux contrats. Enfin, pour la presse, c’est la meilleure période pour se faire un premier avis sur les jeux qui émailleront les sorties sur consoles, PC et smartphones pour l’année à venir, voire parfois au-delà.

Cette année, le salon fêtait ses 10 ans. L’âge de maturité pour un événement qui s’est, petit à petit, imposé comme l’un des moments charnière de l’année vidéoludique. Avec, cette année, plus de 370.000 visiteurs et 1000 exposants de de 56 pays différents, le rassemblement est déjà, de loin, celui qui attire le plus de monde. En comparaison, l’E3, qu’on présente souvent comme le plus grand salon du jeu vidéo, n’a attiré « que » 70.000 personnes en 2018. Une large différence qui s’explique par le public-cible de ces deux événements : là où la Gamescom est surtout orientée vers le grand public, l’E3 se consacre davantage aux professionnels.

(...)