Jeux vidéo Le studio Milestone nous livre ici un jeu off-road qui ne fait pas dans la fioriture. Il faut aller vite, très vite tout en pensant au prochain saut, au prochain dérapage avec votre bolide. Gravel Disponible sur PS4, Xbox One, PC

Pas facile de monter sur le podium des simulations automobiles à côté d’un Forza ou d’un Gran Turismo, mais est-ce réellement l’ambition d’un jeu comme Gravel ?

Ce jeu de course est clairement orienté arcade avec comme objectif, celui de divertir le joueur sans aucune prise de tête. Pour arriver à ses fins, le titre propose en fait d’évoluer sur des routes hors-piste, terrain de prédilection des mordus de sensations. Au volant de votre Porsche classique ou de votre R5 Turbo, vous arpenterez seize lieux ou plutôt seize paysages très différents allant de la boue en Namibie, de la neige sur le mont Blanc, jusqu’au sable fin sur les plages du Pacifique. Et c’est le mode carrière qui vous amènera à visiter ces lieux avec en point de mire des épreuves déjà bien connues des amateurs de sensations fortes : des courses sur circuits fermés, des épreuves spéciales ou encore du contre-la-montre. Rien de bien neuf au programme si ce n’est que le tout est scénarisé à la manière d’une télé-réalité.

Mais que serait un jeu de course sans une bonne maniabilité ? Heureusement, Gravel se prend en main très facilement puisqu’il ne nécessite que la maîtrise de trois touches (B pour le frein à main, gâchette gauche pour freiner, gâchette droite pour accélérer). En plus, vous pouvez démarrer vos courses avec un nombre impressionnant d’aides à la conduite comme le contrôle de traction ou celui de stabilité sans parler de l’assistance au freinage. Une fois votre bolide maîtrisé, vous pourrez bien évidemment désactiver ces aides et ainsi récolter plus de récompenses à l’issue de votre course. Un changement qui n’aura en fait que très peu d’incidence… L’équilibre entre dérapages contrôlés et trajectoires est difficile à trouver, mais c’est ce qui fait aussi l’intérêt du jeu. L’intelligence artificielle est assez agressive en course et vos adversaires n’hésiteront pas à vous pousser plus que de raison pour vous dépasser, occasionnant au passage des dégâts sur votre véhicule. Et pour conclure ce chapitre technique, le jeu propose un rendu honnête, mais très en dessous de ce que propose la concurrence.

À l’heure du bilan, Gravel souffle vraiment le chaud et le froid. Le chaud grâce à son approche très arcade dans des environnements plutôt sympas et propices à toutes les folies. Le froid, car l’ensemble est loin d’être parfait si bien qu’il y aura toujours un élément qui viendra vous distraire à bord d’un des 47 véhicules proposés, voire vous perturber pendant votre course. Si on peut louer l’intention du développeur, il y a encore beaucoup de choses à améliorer.