Jeux vidéo

Après un Hitman Absolution trop permissif, l’agent 47 est de retour avec son crâne suintant le polissage extra plus. 

La particularité de cet opus a été d’être distribué de manière épisodique sur plusieurs mois. Comme nous nous en doutions, la version définitive regroupant l’entièreté du contenu existant à ce jour est arrivée. Cette édition est disponible depuis le 17 mai 2018 sur PS4 et Xbox One. Une peltée de contrats d’assassinats plus tard, voici notre avis sur les pérégrinations de notre agent meurtrier préféré.

Une ébauche de scénario

Commençons tout de suite par le point qui nous a le plus déçus : l’histoire. Ne vous attendez pas à un titre vous projetant dans le passé/futur tortueux de l’agent 47. Non, vous êtes en présence d’un prétexte ou tout au plus d’une histoire à ses prémisses servant de point d’accroche à une série de contrats aux six coins du globe. Malgré tout, la narration a le mérite d’être présente et elle nous gratifie de quelques rebondissements plus que bienvenus. Défaut ou pas, cette absence de profondeur dans l’intrigue semble assumée. Nous voici donc bien tatillons sur ce qui se révèle être le plus gros reproche que nous ayons trouvé à l’égard du jeu.

Un level design propre

Outre les niveaux du prologue servant de tutoriel pompeux au possible, les cartes sont d’une qualité inégalée au sein de la série Hitman. Vous le comprendrez rapidement, il n’est pas rare de se perdre lors des premières parties. Il sera nécessaire d’analyser l’environnement dans ses moindres recoins pour bien visualiser la carte. Les raccourcis sont nombreux et vous aurez souvent l’occasion de trouver diverses clés ou cartes magnétiques déverrouillant des chemins alternatifs. Cependant, pas d’inquiétude à avoir, une fois un niveau bien appréhendé vous vous y baladerez les yeux fermés. Par ailleurs, les environnements proposés sont d’une qualité variable. La comparaison avec un labyrinthe ne sied dès lors pas à chaque chapitre de l’aventure. Notre sens de l’orientation n’étant pas forcément digne du plus grand des aventuriers, c’est pourtant ce sentiment de tourner en rond qui nous a rappelés à l’ordre plusieurs fois lors de nos parties.

Hitman, la passion du voyage

Le monde vous tend les bras à travers 6 environnements différents. Vous traverserez Paris, Sapienza, Marrakech, Bangkok, Hokkaido ainsi que le Colorado. Ce qui saute directement aux yeux lors des visites de l’agent 47 dans ces contrées, ce n’est pas moins la grandeur de la carte que la diversité qui s’en dégage. Vous ne serez pas surpris de passer d’un souk à Marrakech vers une ambassade suédoise disposant d’une architecture moderne au sein du même niveau. Si cela peut faire peur, la cohérence reste au premier plan. Explorer une cave remplie de chercheurs travaillant sur un virus mortel sous une villa de luxe n’aura dès lors rien d’étonnant.

Profitez du paysage

La beauté visuelle du titre s’en tire avec les honneurs. Tout particulièrement lorsque vous vous surprendrez à admirer les paysages d’arrière-plan. Nous accordons d’ailleurs une mention spéciale à Bangkok qui obtient le label de la plus belle carte postale. Fait à noter, nous avons également rencontré quelques textures baveuses. Mais l’ensemble est plaisant et le frame rate reste constant. Vous auriez tort de ne pas prendre le temps d’admirer le fracas de l’océan contre les falaises de Sapienza ou encore de savourer les montagnes enneigées d’Hokkaido.

Une abondance de possibilités

Le cœur du sujet, c’est évidemment les assassinats. Autant vous le dire tout de suite, n’ayez crainte ! Vous n’avez pas suffisamment de vos dix doigts pour compter les multiples manières de procéder à la mise à mort de vos cibles. Empoisonner la boisson de votre proie ou encore lui faire tomber un lustre sur la tête est le quotidien de 47. Si vous êtes digne du plus grand enquêteur du dimanche, vous aurez la possibilité de suivre des opportunités qui vous guideront au travers du niveau afin de parvenir à vos fins. Bien évidemment, nous ne pouvons que vous conseiller de désactiver les indicateurs d’opportunités dans les options. Ça sera alors à vous de comprendre le cheminement à suivre en écoutant les conversations, en récupérant des objets, en explorant… Une fois arrivé à votre objectif, vous n’en serez que plus satisfait. Si l’envie d’une folie meurtrière vous prend, l’idée sera proscrite. Tuer des innocents diminuera votre score et avouons-le, l’agent 47 n’est pas très résistant.

Toutes ses variables d’actions apportent une rejouabilité démentielle au titre. Le plaisir se trouvant dans la découverte de toutes les méthodes d’assassinats.

Vous en voulez encore ?

Si cela ne vous suffisait pas, le jeu vous propose chaque semaine des cibles supplémentaires. Ces dernières seront accompagnées de défis à réaliser lors de votre contrat. Vous devrez par exemple tuer votre cible en portant un costume particulier et/ou en utilisant une arme imposée à trouver dans le niveau. Il n’est pas question de vous amener dans une nouvelle contrée, vous vous baladerez dans les mêmes niveaux que ceux de la quête principale. Ces environnements auront le mérite d’être un peu retravaillés, ce qui apportera une nouvelle ambiance appréciable. Le constat est le même concernant les DLC inclus dans cette édition. Si la question d’acheter le contenu téléchargeable avait pu être légitime dans une précédente version, il n’en est pas question ici. Nous y verrons donc un bonus de qualité bien que représentant une certaine forme de redondance. Nous n’aurions malheureusement pas suffisamment de place pour vous parler du contenu dans son entièreté, mais sachez que vous aurez le droit de créer vous-même des contrats afin de les partager avec la communauté. Vous l’aurez compris, la source est inépuisable et vous en aurez pour votre argent.

Un retour plus que réussi

Si à la lecture de ces lignes l’envie jubilatoire de vous procurer le soft est présente, nous tenons à préciser que l’enchainement des contrats au sein des différents pays peut entrainer une certaine lassitude. Nous comprenons alors le principe même de la distribution épisodique qui aura permis au jeu de nous tenir en haleine sur une période étalée. Le conseil que nous pouvons vous fournir est alors de bien prendre votre temps sur chaque mission. Hitman est un peu comme un bon whisky qu’on savoure et qui éveille en nous des sens qu’on ne pouvait soupçonner. C’est plaisant, mais à dose modérée.