Jeux vidéo L.A. Noire avait bluffé lors de sa sortie, il y a maintenant 6 ans. Le jeu innovait en proposant des enquêtes où il ne fallait pas seulement récupérer des indices mais aussi percevoir correctement les témoignages et expressions des personnages, au travers d'animations faciales particulièrement réussies pour leur époque. Avec ce portage sur Xbox One, PS4 et Switch, L.A. Noire revient titiller la détermination des détectives de salon.

On se replonge donc volontiers dans l'Amérique d'après-guerre. Contrôlant le détective Cole Phelps, le joueur montera en grade au sein de la police de Los Angeles au fur et à mesure d'enquêtes résolues en récupérant les bons indices et surtout en étant particulièrement perspicace lors des phases d'interrogatoires. 6 ans après, rien n'a changé, les animations faciales continuent d'être au top de ce qu'il se fait dans le monde vidéoludique. Pour le reste, le jeu n'a pas très bien vieilli et les textures et jeux de lumière viendront rappeler aux joueurs que lorsque ce jeu est sorti pour la première fois, la PS4 n'était encore qu'une vague idée dans la tête des dirigeants de Sony. Bref, ce portage n'est pas le plus réussi mais pas non plus le plus moche. Surtout, le scénario et le point fort du jeu (la perception des témoignages) sont intacts et apportent donc toujours la même expérience de jeu.

Sur Xbox One et PS4, le jeu reste strictement identique à son grand frère. Le coup de vieux passé, on prend plaisir à redécouvrir les aventures de Cole Phelps. Mais pour un joueur ayant déjà joué au jeu original, ce remaster est dispensable. Il manque de contenus additionnels ou du petit plus qui aurait donné envie aux joueurs de redécouvrir le jeu. Pour ceux qui n'y ont jamais joué, par contre, il reste une belle oeuvre qui mérite d'être découverte.

Sur Switch, le constat est légèrement différent. Le jeu bénéficie en effet de tous les DLC sortis ainsi que de quelques costumes pour Cole Phelps. Le jeu est identique à l'opus de 2011, excepté quelques ajustements langagiers. Au niveau des spécificités, L.A. Noire tourne sur Switch en 1080p sur télé et 720p en mode nomade. Un mode qui semble privilégié par le développeur tant le mode télé ne produit pas de miracles esthétiques. Côté jouabilité, les joycon permettront de contrôler la caméra et l'écran tactile de la console assurera un zoom/dézoom efficace. Rien de fou donc.

En définitive, cette réédition de L.A. Noire est assez paresseuse. On reprend le jeu original, on travaille quelques textures et quelques couleurs et on le renvoie à la vente. Mais le jeu n'est pas décevant pour autant car il est fidèle à l'original: un jeu d'enquêtes passionnant qui mérite d'être découvert par tout possesseur de consoles.

A noter: une version VR du jeu débarquera prochainement sur PC.