Jeux vidéo Nintendo, qui a cartonné en redonnant vie aux NES et SNES, a inspiré Sega. Mais les craintes d’un retour loupé sont réelles...

Vous avez apprécié le retour de la NES Classic Mini en 2016, adoré celui de la Super Nintendo Classic Mini en 2017 ? Vous pourriez fondre devant un énième revival d’une console vidéoludique de légende : Sega, à l’occasion de la Sega FES 2018, vient de confirmer le retour, pour cette fin d’année, de sa Mega Drive.

Grande rivale du Big N durant la dernière décennie du siècle dernier, la Mega Drive Mini ressucitera sous une formule plus compacte, à l’instar de ses deux rivales Nintendo, dont elle espère imiter le carton commercial. On sait, en effet, que les excellents résultats de Nintendo sont notamment dus à l’excellent bilan santé de la Switch, mais, aussi, au succès de ses deux consoles rétro remasterisées, qui ont touché au coeur les gamers nostalgiques.

S’il est acquis que la Mega Drive Mini sera livrée avec plusieurs jeux préinstallés, on ignore encore la liste des titres prévus (Sonic, qui est à Sega ce que Mario est à Nintendo, en fera indubitablement partie).

Seule crainte à l’horizon : Sega s’est associé, pour ce come-back, à AtGames : un fabriquant américain spécialisé dans les rééditions plutôt bas de gamme. Cette firme est derrière l’Atari Flashback ou, plus récemment, la Mega Drive Flashback HD.

Sega, ex-poids lourd du marché des consoles, n’a pas résisté au renouvellement du secteur, et à l’arrivée de la Nintendo 64, puis de Sony (et sa PS1) et enfin de Microsoft (Xbox) dans la guerre des consoles. La firme, dont la dernière console parue est la Dreamcast (en 1998), a toutefois mené sa barque, reconvertie dans l’édition de jeux vidéo.