Jeux vidéo

Les rumeurs se multiplient ces derniers jours autour d’une probable présentation de la PS5 à l’occasion de l’E3 qui se déroulera au mois de juin à Los Angeles. Faut-il donner du crédit à ces spéculations ou plutôt les prendre avec des pincettes?

Depuis quelques mois, le marché du jeu vidéo est en pleine mutation. Nintendo retrouve des couleurs grâce à sa Switch, Sony s’interroge quant à son avenir tandis que Microsoft essaye tant bien que mal de capitaliser sur sa console la plus puissante : la Xbox One X. L’objectif de chacun des constructeurs est bien évidemment de trouver le meilleur compromis entre innovation et retour sur investissement. Et à ce petit jeu, Nintendo semble avoir trouvé la formule gagnante. Il y a eu suffisamment de jeux pour accompagner la sortie du nouveau hardware et Big N se concentre maintenant sur son Nintendo Lab qui lui permettra certainement de capter encore plus l’attention des plus jeunes. 

Dans ce contexte, difficile de ne pas réagir. Si Microsoft vient de lancer sa Xbox One X et qu’il paraît peu probable de voir la firme de Redmond présenter une nouvelle console dans les mois à venir, le cas de Sony est lui fort différent. La Playstation 4 est sortie en 2013, et a déjà été écoulée à 75 millions d’exemplaires. Un succès confortable, mais qui est amené à s’étioler… Le moment est peut-être opportun pour présenter ou tout du moins annoncer une nouvelle console, histoire de s’assurer de la fidélité des joueurs, mais aussi prendre tout le monde de court. Et quel meilleur moment pour ce faire que de profiter de l’exposition médiatique d’un des plus grands salons vidéoludiques au monde : l’E3. Cela ne veut en aucun cas dire que la nouvelle machine débarquerait prochainement. La Playstation 4 Pro est trop récente que pour déjà programmer sa fin de vie et surtout, il y a encore des exclusivités que Sony garde sous le coude depuis longtemps à l’image de The Last of Us Part II. On voit donc mal la PS5 nous arriver avant milieu 2019, début 2020… Il faut aussi se rappeler que plus longtemps la PS4 subsiste dans nos rayons, plus Sony engrange de gros bénéfices. Un impératif économique duquel il est difficile, voire impossible, de se défaire à l’heure actuelle.

Si certains analystes n’en démordent pas et continuent de clamer haut et fort que Sony s’apprête à dévoiler ses plans, c’est qu’ils ont trouvé des signes avant-coureurs, des signes qui (selon eux) ne trompent pas. Ils sont au nombre de trois. Le premier c’est l’envoi de kits de développement à certains éditeurs afin de préparer au mieux la transition de génération. CD Projekt Red a, par exemple, affirmé que le développement de Cyberpunk 2077 se faisait à la fois sur les consoles actuelles, mais aussi sur celles de prochaine génération. 

Et pour y arriver, ils doivent évidemment disposer de ce genre de kit. Le second signe concerne un brevet de rétrocompatibilité que Sony vient de modifier au mois de février. Est-ce que cela signifie la PS5 offrira cette option dès sa sortie ou est-ce que la firme travaille sur un périphérique complètement séparé permettant de profiter d’un catalogue complet de jeux ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais il n’y a jamais de fumée sans feu. Le troisième et dernier point concerne le Playstation Plus qui arrêtera de proposer à partir de mars 2019 des jeux PS3 & PS Vita gratuits à ses abonnés… Une manière indirecte de se concentrer sur ses nouvelles productions et d’anticiper la sortie de la PS5 ?

À côté de ces spéculations, pointons aussi d’autres caractéristiques sur lesquelles la firme nippone ne fera plus l’impasse. Le lecteur Blu-ray 4K en fait sans doute partie afin d’offrir aux joueurs une résolution native de premier plan. On peut aussi imaginer un système VR directement intégré dans l’offre de lancement ou tout du moins disponible à l’achat dès la sortie de la console. 

Et enfin, la PS5 intégrera très certainement un disque dur d’une capacité renforcée avec un minimum de 2TB disponible pour pouvoir accueillir de plus grosses productions. Alors bien sûr, nous nous avançons certainement trop, mais si on regarde la situation d’un point de vue strictement économique, en 2020, la PlayStation 4 aura largement atteint le seuil des 100 millions de machines vendues et aura ainsi battu le record de la PS3 et ses 86,7 millions d'unités écoulées en plus de dix ans. Le moment idéal pour relever un nouveau défi.