Jeux vidéo Si vous n’aviez jamais succombé à la folie des Sims, ce n’est pas ce quatrième opus, déjà sorti sur PC, qui vous fera changer d’avis… Les sims 4 Disponible sur PS4, Xbox One

On commence toujours par l’inévitable création de son personnage, ou de plusieurs membres d’une famille (toujours limitée à huit personnes). Pour modifier un trait physique de votre personnage, rien de plus simple : on clique et on bouge la souris pour élargir ou rétrécir le ventre, le cou, les épaules… Le visage fonctionne de la même façon et il est très facile d’obtenir le résultat voulu. On regrette l’absence de certaines possibilités comme la pilosité ou les tatouages déplaçables librement. On choisit ensuite les différentes tenues que portera votre Sims en fonction des occasions (soirée, sport, chic…) puis des personnalités qui influeront sur les désirs et comportements. Ces traits permettront à votre Sims d’obtenir des bonus et des malus en fonction de la situation. Fin gourmet, par exemple, augmentera l’intérêt pour la cuisine (sujet de discussion, plaisir de préparer des petits plats), mais rendra votre Sims malheureux s’il mange de la mauvaise nourriture.

Place ensuite au choix du quartier et de la future habitation de vos petits avatars. Trois quartiers existent, bien plus petits que d’habitude. La création intuitive de maisons ravira les apprentis architectes. Il suffit de parcourir le catalogue, qui rappelle celui d’Ikea (un temps partenaire des Sims d’ailleurs), pour poser vos murs, sols, toiture et autres fenêtres. Comme dans l’éditeur de personnage, des flèches permettent de modifier facilement les dimensions des différents éléments, en déplaçant également les meubles liés. Pareil pour élever le niveau de votre construction, ou rajouter des étages. On regrettera par contre l’absence de cave, et certaines disparitions louches déjà pointées par la communauté de fans. Le gameplay est évidemment plus difficile à appréhender sur console que sur PC, la faute à des menus pas du tout optimisés pour l’occasion. La fenêtre indiquant les besoins de nos Sims disparaît assez souvent, obligeant les joueurs à devoir s’arrêter afin de reconsulter cette partie, toujours aussi vitale pour vos avatars. On perd non seulement du temps, mais aussi notre patience.

Finalement, ce quatrième Sims ne surprendra personne à l’occasion de son adaptation sur consoles. Les fans regretteront les nombreux éléments absents (même les différents contenus additionnels n’y ont pas été intégrés alors que le jeu initial est sorti il y a trois ans), mais apprécieront les quelques nouveautés notables comme les personnalités ou les graphismes améliorés. Un peu maigre pour convaincre, mais le concept fonctionne toujours aussi bien et se révèle rapidement addictif.

Chiens et chat: une extension qui manque un peu de mordant

La nouvelle extension des Sims 4 est sortie en même temps que le jeu sur consoles. Disponible sur PS4, Xbox et PC, ce contenu additionnel historique de la licence ajoute des animaux de compagnie au jeu. Mais cette année ce n'est pas tout: une multitude d'objets, mais aussi une nouvelle ville et un nouveau métier (vétérinaire) font partie du lot !

On a aimé:

- le système de créations des animaux, qui permet de faire des croisements et de personnaliser précisément son animal de compagnie.
- le nouveau métier de vétérinaire, qui offre de nouvelles possibilité et qui est super sympa, surtout lorsqu'il s'agit d'être entouré d'animaux toute la journée !
- la nouvelle ville (Brindleton Bay) qui ne fait pas qu'apporter du changement mais qui possède sa propre identité et est un vrai plus au jeu de base.

On a moins aimé:

- l'absence de chevaux, de lapins/cochons d'Inde/hamster ou encore de NAC comme les serpents ou les tortues
- le prix (39,99€), un peu élevé pour une extension un peu avare en contenu