Metroid : Samus Returns : un retour en grande pompe

Sammy Erdo Publié le - Mis à jour le

Jeux vidéo

Paru en 1991 sur Gameboy, Metroid II revient, cette fois, sur 3DS pour le plus grand bonheur des nostalgiques. Reste à voir si cette remise à niveau dépasse ou non le stade de simple remake…

Samus Aran est une chasseuse de prime intergalactique. Elle est envoyée sur la planète SR388 afin d’éliminer une colonie de métroïdes, une race de parasites volants capables de ponctionner de l’énergie de n’importe quel être vivant afin de pouvoir entrer en mutation. Armée de son indémodable combinaison et de son bras-canon évolutif, la chasseuse de primes a de nombreux arguments à faire valoir pour chasser ces envahisseurs de là, mais elle va d’abord devoir se retrousser les manches et explorer les entrailles de cette planète pour le moins inhospitalière. Heureusement, on parvient à déverrouiller de nouveaux pouvoirs assez rapidement comme un scanner qui affiche la partie destructible du décor, la rafale de rayons ou la chronokinésie vous permettant de ralentir le temps. Le tout est géré par une jauge spéciale régulant votre niveau d’Aeon et est à utiliser avec parcimonie. Pourquoi ? Parce que Metroid Samus Returns propose une aventure corsée dans laquelle trouver son chemin est à lui seul un vrai challenge sans même parler de vos ennemis aussi dangereux que toxiques.

En bonne acrobate qui se respecte, notre héroïne se déplace de façon bien plus souple et peut même viser à 360°. La fluidité est telle que vous pouvez même utiliser plusieurs capacités spéciales en même temps. C’est sans doute pourquoi on s’emmêle un peu les doigts de temps à autre dans la première partie de l’aventure avant de trouver son rythme de croisière. Visuellement, tout a évolué positivement en comparaison avec l’épisode originel. Les salles qu’on traverse sont plus imposantes et surtout plus remplies. Ce qui incite à fouiller toujours plus dans les moindres recoins pour vérifier et revérifier qu’aucun objet ou qu’aucune porte dérobée ne s’y cache. Une opération qu’il vous faudra souvent renouveler et qui rend un peu l’expérience redondante par moments. La faute, à une trop grande linéarité dans le jeu et un manque de rebondissements qui secouraient une peu le joueur.

Metroid : Samus Returns est un peu à l’image de ces jeux old-school qu’on avait du mal à terminer. Il est terriblement difficile, ne laisse (presque) pas de place à l’erreur et se montre très addictif. Une descente aux enfers qui vous occupera entre dix et quinze heures selon votre skill et votre envie de terminer le jeu à 100 pourcent. Metroid Samus Returns est donc au final plus qu’une simple adaptation et s’apparente à une très belle redécouverte.

Disponible sur les consoles de la famille Nintendo 3DS


Sammy Erdo