Jeux vidéo Alors que beaucoup grondent face à la rupture de stocks déjà annoncée de la nouvelle Super Nintendo Mini, le constructeur japonais a préféré rassurer les joueurs.

C'est un constat qui a surpris beaucoup de monde : la Super Nintendo Mini (qui doit sortir officiellement le 29 septembre prochain) est en rupture de stock pratiquement partout. Dès qu'un site remet en vente la console, les quelques exemplaires sont pris d'assaut et c'est aussitôt une nouvelle rupture qui apparaît. Alors, à qui la faute ?

Certainement pas à Nintendo selon Reggie Fils-Aimé, président de Nintendo America, qui assure que le constructeur japonais n'a pas fait la même erreur qu'avec la NES Mini (la production avait été calculée sur les pires chiffres de vente possible). On devrait donc cette rupture des stocks à l'engouement des fans.

Certains vont probablement tenter de gagner de l'argent sur le dos des joueurs en revendant leur console mini à prix d'or. Fils-Aimé met en garde face à ce genre de reventes : "Je vous conseille fortement de ne pas enchérir sur une Super NES Mini, quel que soit le site de vente aux enchères. Vous ne devriez pas dépenser plus de 79,99 dollars."

D'autant que Nintendo a annoncé que la SNES Mini serait réapprovisionnée en 2018. La console ne sera donc pas un one-shot. Tout comme la NES Mini d'ailleurs puisque le constructeur japonais a annoncé qu'elle ferait son retour durant l'été 2018.

Pour rappel, après les ruptures de stocks consécutives à sa sortie, la NES Mini s'était arrachée à des prix fous sur les sites d'enchère, atteignant parfois les 800 euros.